You are here

Soyez l’homme ou la femme du futur

enfants

Vivez avec plusieurs générations d’avance 

Qu’est-ce qui fait que l’on rentre dans la postérité ? C’est souvent parce qu’on a été visionnaire et qu’on a su vivre et penser comme les générations suivantes. Un penseur devient fameux parce que ses mots résonnent avec la conscience des personnes plus jeunes qui se revendiquent de lui. Cette symbiose crée une complicité à travers le temps qui transcende la barrière des âges. Il ne tient qu’à vous de choisir de vivre en homme ou femme d’hier ou de demain. Il n’y a pas d’aujourd’hui, le présent n’est qu’une bataille entre le monde d’hier et de demain, si vous ignorez ce fait, c’est que vous vivez très certainement dans le monde d’hier. 

Qu’on le veuille ou non, l’écoulement du temps offre un progrès moral si l’on regarde une vue d’ensemble. Bien sûr, au niveau individuel, l’humanité peut se comporter de manière immorale ou dépravée. Néanmoins, si l’on regarde attentivement les changements au travers des siècles, on peut voir des améliorations civilisationnelles que constituent la fin de l’esclavage (dans sa grande majorité), une plus grande égalité homme-femme, la reconnaissance des identités sexuelles non majoritaires, la fin de l’impérialisme brutale (d’autres formes d’impérialisme existent encore aujourd’hui), l’humanisme mettant fin progressivement au racisme séculaire etc. 

Si l’on souhaite prendre part à la “grande marche du progrès”, il convient de réfléchir à quels pourraient être les jalons futurs de ces améliorations d’ordre civilisationnel. Deux  questions se posent aux générations actuelles : les conséquences de notre mode de vie sur la nature et le sort que l’on réserve aux animaux. Ces deux thèmes sont reliés étant donné que l’animal fait partie de la nature bien qu’étant domestiqué d’un part, et que d’autre part, l’exploitation animale conduit à des effets catastrophiques sur l’environnement. 


Une personne rentre vraiment dans la postérité parce que son travail à servi à améliorer la condition des générations futures par les idées qu’il ou elle a contribué à diffuser. Si l’on se veut bienveillant à l’égard des générations futures, il faut que notre œuvre contribuent à propager les idées qui permettent aux générations suivantes de mieux vivre tout en vivant nous-mêmes en accord avec ces idées. 

Il est clair qu’un individu qui nie à la fois l’impact de l’homme sur la destruction de la nature tout en ne reconnaissant pas la dignité auquel a droit le monde animal, ne peut se définir comme progressiste. L’homme ou la femme du futur vit comme demain en intégrant les nouveaux prérequis de la marche civilisationnelle et pourra peut-être laisser son nom ou son visage dans le cœur des générations futures.

Related posts