You are here

De la contradiction naît la complexité 

La simplification est l’œuvre de génies ou de simplets. Ce qui me frappe le plus à notre époque, c’est la grande propension à vouloir tout simplifier. Le complotisme est la tentative de simplifier la causalité d’événements alors même que cela contribue à s’éloigner de la vérité. L’esprit humain a du mal à appréhender les contradictions. Pourtant, c’est de ces contradictions que naissent la complexité et la profondeur. Le dualisme nous pousse à voir le monde en noir et blanc alors qu’il est principalement fait de nuances de gris. Nous aurions donc naturellement tendance à la simplification, ce qui fait de nous des complotistes en puissance.

La loi de Pareto, mère du complotisme ?

S’il y a bien un concept qui a été popularisé sur la toile ces dernières années, c’est bien la loi de Pareto ou bien la loi dite des 80/20, à savoir que 80 pour cent des conséquences trouvent leur origine dans 20 pour cent des causes. Dans de nombreux cas, ce ratio va jusqu’à 95/5 voire 99/1. C’est là que la tentation est grande de vouloir tout simplifier. Si cette règle est vraie dans la plupart des cas, alors on peut facilement faire une extrapolation à la causalité des événements. Ainsi, toutes les grandes catastrophes trouveraient chacune leur origine dans une seule et même cause. C’est tentant, c’est un confort pour l’esprit, cependant, ce n’est pas comme cela qu’on peut penser le monde avec justesse. Par exemple, quand on pense aux causes qui amenèrent à la deuxième guerre mondiale, c’est une extrême simplification de dire que c’est la volonté capitaliste des élites européennes qui amenèrent au conflit. Bien souvent, les volontés qui paraissent évidentes ne sont en fait que les conséquences d’un terreau préexistant aux ramifications multiples. L’expansionnisme allemand des années 30 est lié à la crainte que représentaient ses voisins européens qui pour la plupart étaient des puissances coloniales. De même, cet expansionnisme a été rendu possible grâce à l’industrialisation avancée du pays. L’appauvrissement de l’Allemagne résultant de la première guerre mondiale et de la crise de 29 a permis la prolifération d’idées populistes. Le pacifisme européen, en réaction de la première guerre mondiale, n’a pu tuer dans l’œuf la militarisation de l’Allemagne. Et on pourrait continuer indéfiniment ce raisonnement pour trouver l’enchaînement de causes menant à la seconde guerre mondiale. En réalité, c’est une succession d’événements et choix qui ont engendré le plus grand conflit planétaire et non la volonté d’une élite.

De la contraction naît la complexité et le complotisme ne résiste pas longtemps à ses assauts

Depuis l’aube de la civilisation humaine, les gens ont cherché à expliquer les mystères du monde naturel et à essayer de donner un sens à la complexité ridicule qui y est souvent affichée. Nous avons utilisé notre imagination pour créer des explications complexes pour les choses, qui prennent souvent la forme de théories du complot. Ces théories sont composées de plusieurs couches d’éléments complexes tels que des suppositions, des revendications et des fils qui doivent tous être rassemblés pour former une histoire cohérente.

Dans le même temps, cependant, cette complexité peut être sa propre défaite. De la contraction vient la complexité, et avec le retrait fil par fil, la conspiration perd rapidement son emprise cohésive initiale et se décompose rapidement en rien. C’est comme si une fois que les longueurs d’une conspiration deviennent trop alambiquées, elles ne peuvent tout simplement pas être soutenues et doivent céder la place à une vérité plus réaliste.

Par exemple, prenons la théorie du complot populaire entourant l’assassinat du président américain John F. Kennedy. À un moment donné, il y avait de multiples affirmations au sujet de cet événement, d’Oswald faisant partie du gouvernement cubain à la CIA ayant orchestré l’événement. Malgré ces affirmations, les preuves n’étaient tout simplement pas là pour soutenir les suppositions de ces gens, et finalement, leurs théories se sont fanées sous l’assaut de la complexité.

Plus récemment, la théorie du complot populaire entourant la mort de l’icône du rap Tupac a souffert d’un assaut similaire de complexité. Cette théorie prétend que Tupac est toujours vivant et caché, une affirmation qui a poussé certaines personnes à des longueurs incroyables afin de découvrir des preuves à l’appui. Cependant, à mesure que d’autres preuves et suppositions sont apparues, la théorie non seulement ne fournit pas de soutien, mais provoque en outre une vague de confusion en raison de la complexité inhérente à de telles affirmations.

En conclusion, de la contraction vient la complexité, et la conspiration ne résiste pas longtemps à l’assaut de la complexité. La complexité, par sa propre nature, peut être sa propre défaire, démêler les brins de conspiration et aboutir à une vérité beaucoup plus simple. C’est pourquoi les théories du complot souffrent souvent, malgré le plaisir d’émettre des hypothèses et de spéculer, nous devrions toujours essayer de développer les connaissances par d’autres moyens.

Related posts

Laisser un commentaire

 

Vous allez recevoir le document.

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Politique de vie privée.