You are here

Faut-il se laisser traquer ?

tracking

Les impératifs de sécurité sanitaire et les possibilités qu’offre aujourd’hui la technologie ont rendu possible la mise en place de solution de traçage destinées à surveiller les contacts entre les citoyens. 

Faut-il se réjouir d’une telle prouesse ? 

Tout d’abord, réfléchissons ensemble aux problèmes et aux avantages qu’impliquent de tels systèmes. 

Les questions que soulèvent les applications de traçage sont nombreuses. Il y a une réflexion philosophique et morale à avoir sur de telles pratiques. 

D’une part, comment garantir l’anonymat des utilisateurs qui jusqu’à présent étaient protégés par le secret médical, lequel est essentiel pour garantir la confiance et la communication entre médecins et patients. 

Comment ne pas s’interroger sur de possibles tentatives de récupération des données collectées que ce soit celles de pirates informatiques ou de personnes ayant la responsabilité de la gestion de ces données ? 

Comment être sûr que ces informations ne seront pas récupérées par des personnes politiques étant donné que ces systèmes de traçage seront gérés par les gouvernements ? 

Que faire de ceux qui n’ont qu’un accès limité à ces technologies, du fait de leur âge, de leur isolement, ou de leur retard dans ce domaine ?

Faut-il adhérer à un système dont l’efficacité est loin d’être prouvée ? 

N’y a-t-il pas une boîte de Pandore qui est en train de s’ouvrir ? Comment s’assurer que d’autres ne verraient pas le jour par la suite destinés aussi à protéger les citoyens pourtant représentant une véritable intrusion dans l’intimité des citoyens ? 

Ce système de traçage n’a-t-il pas l’inconvénient de créer l’illusion de sécurité et pourrait générer un plus grand laisser-aller de la part de ceux qui l’utilisent ?

Les solutions techniques ont montré leur efficacité. En effet, rappelons-nous la baisse du nombre d’accidents induite par l’installation massive de radars automatiques. Aujourd’hui, leur existence n’est plus remise en question. 

Il en va de même pour les technologies installées dans les transports où l’installation de capteurs et de caméras semble avoir induit de meilleurs comportements de la part des usagers.

Devant ces avancées prouvées, comment expliquer la levée de bouclier de la part de certains intellectuels qu’ils soient français ou internationaux ? 

La question la plus centrale semble être liée à deux idées très proches : la domestication ou l’éducation. 

Sommes-nous dans une démarche d’éducation ? Celle-ci est favorable au progrès humain étant donné que la dimension humaine du citoyen n’est pas niée. 

Ou bien sommes-nous domestiqués par la technologie ? Cette approche est plus controversée étant donné que nous sommes réduits notre nature animale et cela pose une question sur les véritables intentions de ceux qui mettent place de tels systèmes. 

En effet, on voit combien la technologie peut nous rendre esclaves et complètement accaparer notre attention. N’a-t-on jamais été piégé dans le tourbillon que peuvent souvent représenter les réseaux sociaux ? 

Le pistage n’est pas mauvais en soi dans la mesure où il est déjà omniprésent dans nos vies : nos téléphones communiquent aux GAFAM à tout moment notre position géographique. 

La géolocalisation pose problème lorsqu’elle peut être associée à des mesures coercitives. 

À première vue la géolocalisation offre plus d’avantages que d’inconvénients. On peut accéder aux plus courts itinéraires en voiture par exemple ou bien savoir où se trouve la plus proche pharmacie. Que penser maintenant d’une éventuelle injonction d’installer une application de traçage pour accéder à certains services publics ou bien prendre tout simplement les transports en commun ? 

Aurions-nous toujours notre liberté véritablement de le faire (de télécharger ou pas l’application) ou bien verrons-nous un concept de citoyenneté à plusieurs niveaux : celle de ceux coopérant étant supérieure à celle des récalcitrants. 

Le traçage n’est pas une difficulté en soi : chaque société a le droit de mettre en avant la valeur qui lui importe le plus, la sécurité ou la liberté par exemple. Le problème est que la mise en place de solution de tracking impose une redéfinition des sociétés qui y ont recours. Pourra-t-on toujours dire que la France est un pays de libertés si les déplacements de ses citoyens sont suivis dans les moindres détails par le gouvernement pour des raison de sécurité sanitaire ?

Il est évident que la technologie améliore la conformité de nos sociétés aux règles de savoir-vivre et même aux mœurs en quelque sorte, néanmoins, il est nécessaire d’avoir vision claire de la société à laquelle on aspire, organiser un référendum en ligne que rend possible ces mêmes technologies seraient des plus judicieux à ce titre.

Related posts