You are here

L’art d’éliminer

éliminer

Dans un monde consumériste, le verbe éliminer peut sembler antinomique. Pourtant, ce verbe est fort étant donné qu’il nous apporte clarté et simplicité. L’élimination est un principe universel présent à la fois dans la nature et dans notre corps : ce que nous mangeons, nous l’éliminons naturellement. Or, les problèmes arrivent lorsque nous retenons les choses. Au niveau psychique, l’absence d’élimination entraîne un ressassement de pensées qui peut déboucher sur des névroses par exemple. À un niveau physique, le fait de stocker des graisses ou des déchets en nous est aussi un facteur de mauvaise santé. Ainsi, pourquoi ne copierions-nous pas notre corps qui est doté d’une sagesse exemplaire ? Qu’est-ce que cela implique de faire du verbe éliminer un pan important de notre vie quotidienne ? 

Le principe premier de l’élimination est la non-consommation : il est plus facile de perdre les calories qu’on n’a pas prises. Cela implique donc de choisir scrupuleusement ce qu’on fait entrer dans notre vie, que ce soit psychique ou physique. Ainsi, éliminer oblige à être sélectif. 

Le second principe de l’élimination, c’est de penser en termes de création et non de consommation. On peut dire qu’aujourd’hui le monde se divise en deux groupes : les consommateurs et les créateurs / producteurs, le deuxième groupe étant celui qui vit vraiment de manière émancipée. Si vous faites le choix de façonner votre cerveau afin de devenir créateur, vous allez voir le monde différemment. 

On peut dire qu’à certains égards, consommer est un acte nihiliste. En effet, on peut voir dans la consommation à outrance l’expression d’un vide existentiel qui ne trouve aucune satisfaction. Le vide est principalement lié à la perte de sens et du goût de la vie qu’on essaie de cacher par des artifices en tous genres. Quoi de mieux que de créer pour retrouver le sens de l’existence. 

Créer, c’est manifester une énergie et c’est la répandre autour de soi. Lorsqu’on se trouve dans une démarche de création, on ne voit plus totalement les objets comme des instruments destinés à nous apporter du plaisir, mais plutôt comme des outils destinés à servir notre création. La recherche de plaisir par les objets est vaine parce qu’elle est intarissable. Au contraire, être dans une démarche de création nous pousse à rechercher la joie qui se produit lors du travail des objets ou des idées. L’élimination est une action saine propre à tout cycle. Pour que l’énergie circule sainement, il faut toujours une voie de sortie, sans cela, elle stagne et finalement nous aliène.

Related posts