You are here

La guerre de l’art de Steven Pressfield

Steven Pressfield

ou comment surmonter les obstacles qui nous mènent à l’excellence

Steven Pressfield est l’auteur de plus d’une dizaine d’ouvrages. Il a travaillé tout au long de sa carrière dans différents domaines de la création : roman, non-fiction, écriture pour le cinéma etc. Dans le livre “la guerre de l’art”, il nous enseigne les leçons tirées de plusieurs décennies d’expérience

Le travail des plus grands créateurs s’est construit malgré des entraves communes à tous ceux qui essaient de produire un résultat d’envergure. Que ce soit dans la création artistique, entrepreneuriale ou dans l’amélioration personnelle, nous faisons tous face aux mêmes écueils et ce quel que soit notre niveau. Voyons ensemble quels sont-ils.

# La résistance

La résistance désigne toute force invisible qui nous empêche de nous mettre à l’œuvre. Elle peut prendre différentes formes telles que la procrastination ou la peur. Elle ne peut pas être vue, touchée, sentie, mais seulement ressentie. À ce titre, il existe deux formes de procrastination (concepts non issue de livre) :

  • la procrastination simple : elle consiste à ne pas faire les tâches qui nous incombent
  • la procrastination complexe : elle consiste à maquiller notre refus de faire les tâches les plus importantes par toute une série d’actions afin d’avoir l’impression d’être occupé et d’avancer dans son travail.

La résistance se manifeste dans le quotidien de tout le monde donc c’est la capacité à la dompter qui crée la différence sur le long terme, notamment ce qui distingue un bon travail d’un travail remarquable. Elle agit à plusieurs niveaux de notre création.

Dans un premier temps, elle peut affecter nos émotions. La peur, la réticence voire le dégoût sont dans beaucoup de cas seulement le symptôme de la résistance. C’est pourquoi, il faut apprendre à reconnaître ces émotions comme faisant partie d’une stratégie inconsciente de sabotage. Il faut ouvertement déclarer la guerre (d’où le nom du livre) à ces émotions. La première étape d’une guerre est d’identifier ses ennemis, il n’y a rien de pire que de prendre pour amis ceux qui n’en sont pas. Nos émotions peuvent nous servir, mais pour cela il faut les dompter par une forme de discipline et d’intransigeance.

Le deuxième type de résistance se manifeste dans nos pensées en nous fournissant des arguments rationnels à la procrastination ou l’arrêt d’un travail.

Le principal problème de la résistance est qu’elle agit sur nos habitudes qui sont un élément clé dans notre réussite en tant que créatif ou professionnel. Céder à la résistance peut donc avoir des effets indésirables, surtout lorsqu’elle nous conduit à tomber dans l’addiction, c’est-à-dire d’acquérir de mauvaises habitudes.

Pour combattre la résistance, il n’y a qu’une seule solution : s’asseoir et travailler.

# Vos rêves sont votre emploi à plein temps

La seule chose qui distingue quelqu’un qui atteint des résultats incroyables d’un rêveur, c’est qu’il prend ses rêves au sérieux. Pour pouvoir réaliser vos rêves, vous devez vous y consacrer comme vous considérez un emploi qui vous rémunère : vous avez des horaires réguliers, vous travaillez et pensez à votre travail le plus clair de votre temps, vous adoptez les us et coutumes de votre profession etc. Que vous en ayez envie ou pas, qu’il fasse beau ou non, vous irez au travail. Faites de même pour vos rêves les plus importants pour vous. Dans le sport, dites-vous que c’est la même chose, ce qui distingue un pro d’un amateur c’est le regard qu’il porte sur sa pratique. De la même manière, pour poursuivre l’analogie avec la guerre, ceux qui ont le plus de chance de remporter des victoires sont ceux qui traitent la guerre comme une affaire sérieuse. Il y a plusieurs niveaux d’implication qui donnent des résultats différents :

  • hobby → à temps partiel → à plein temps → tout le temps

Pour optimiser vos chances de succès, essayez de vous rapprocher de l’état d’esprit “tout le temps”.

Quelles sont exactement les qualités qui définissent un professionnel ?

– se présenter tous les jours

– être présent quoi qu’il arrive.

– rester au travail toute la journée

– s’engager sur le long terme.

– les enjeux sont perçus comme élevés et réels

– accepter une rémunération pour son travail.

–  ne pas trop s’identifier à son travail (avoir le sens de l’humour à propos de son travail)

– maîtriser la technique de son travail.

– recevoir des éloges ou des reproches dans le monde réel

# La peur est normale

La peur doit faire partie de votre chemin. On ne peut pas envisager de livrer bataille sans avoir cette émotion proche de soi. La peur est importante car c’est souvent elle qui accompagne votre création. Lorsque vous dépassez vos limites, que vous faites quelque chose d’important, la peur peut être près de vous, il faut s’en servir comme le signe de votre progrès. Bien sûr, il ne faut pas vivre avec l’omniprésence de la peur parce qu’elle peut être paralysante. La peur est souvent l’indicateur de là où nous devrions aller. C’est en surmontant nos plus grandes peurs que l’on accède à son soi supérieur.

# L’esprit guerrier ou l’apprentissage de la rudesse de la vie

Pour acquérir l’esprit guerrier, il vous faut vous accoutumer à une forme de dénuement voire de misère. Imaginez les soldats en campagne ou assis dans le froid au creux de leur tranchée, ils ne pouvaient se satisfaire d’aucun véritable confort. Pour être dans la création vous ne pouvez être dans une recherche de confort, cela vous fera céder face aux assauts de la résistance. Au contraire, il vous faut vous familiariser avec une certaine rudesse de la vie, c’est dans cet état que vous pourrez au mieux créer.

# Quelques autres idées intéressantes tirées du livre :

  • La meilleure chose que vous puissiez faire en tant qu’artiste, créateur, professionnel ou entrepreneur, c’est de servir de modèle pour le monde
  • La muse de votre créativité souffle à vos oreilles dans les moments où vous vous y attendez le moins, le plus souvent quand vous êtes détendu et que vous ne vous consacrez pas à votre travail. Pour écouter votre muse intérieure, il faut savoir entrecouper votre travail de pauses comme une douche chaude ou une balade dans la nature.
  • Plus vous faites face à de la résistance, plus la gratification est grande lorsqu’elle est surmontée
  • Il n’y a pas de mystère à devenir pro, c’est un pur acte délibéré de la volonté.
  • Le professionnel accepte l’argent de son travail, mais ça ne l’empêche pas d’aimer ce qu’il fait
  • Un professionnel ne se vante jamais
  • Un professionnel ne prend pas l’échec (ou le succès) personnellement

close

✨Recevez gratuitement la fiche audio et la fiche d'activités de "Trouvez vos forces maintenant" de Tom Rath 📈

Je hais les spams et protège vos données personnelles

Related posts

Laisser un commentaire

 

Vous allez recevoir le document.

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Politique de vie privée.