You are here

Le vrai voyageur ne doit avoir aucun objectif.

Gao Xingjian

Le vrai voyageur ne doit avoir aucun objectif. Gao Xingjian

Gao Xingjian (chinois : 高行健 ; pinyin : Gāo Xíngjiàn), né le 4 janvier 1940 à Ganzhou en Chine, est un écrivain, dramaturge, metteur en scène et peintre français d’origine chinoise qui a obtenu le prix Nobel de littérature en 2000

Voyager c’est découvrir ou bien se découvrir ? Sans doute les deux ou plutôt c’est la promesse de découvrir le monde alors qu’on bout du compte ce n’est que soi que l’on découvre. Du fait de ce constat, il est vain de vouloir se fixer des objectifs lors de son voyage, il est mieux de se laisser porter au gré des rencontres et des visites. Un voyageur qui a la sagesse de ne pas vouloir précipiter les choses, sait que tout vient à point nommé. Lorsque l’on se fixe un objectif, on bride le potentiel de découverte qu’offre le voyage. Étant donné que l’on sera différent tout au long de notre parcours, il est illusoire de vouloir se fixer un objectif. 

Un voyageur sincère n’est pas conquérant, il ne souhaite que se conquérir lui-même. C’est dans la rencontre avec le monde et les autres qu’il prendra conscience de sa vraie nature. Le monde est pour lui un terrain de jeu et non un terrain de chasse. Il cultive la fraîcheur de son regard en ne se laissant pas influencer par des préconceptions ou des jugements hâtifs. Un objectif nous empêche de voir les choses telles qu’elles sont. Notre désir d’accomplissement se transforme en œillère qui étrique notre vision et paralyse un progrès intérieur. Le vrai voyageur est celui qui est sage, c’est-à-dire qu’il n’a pas la prétention de connaître à l’avance le véritable objet de son voyage, il finira tôt ou tard par le savoir et donc il ne précipite pas les choses.

Related posts