You are here

Célébrez vos petites victoires

victoires


Il n’y a pas de meilleur endroit qu’en son cœur pour fêter un petit accomplissement. Ce n’est pas la marque d’un narcissisme, c’est avant tout la preuve d’une gratitude à l’égard du destin. Nos efforts ne sont pas souvent récompensés à la hauteur de nos espérances, cependant ils sont toujours récompensés.

Il paraît ainsi sans doute enfantin voire puéril de ne pas faire montre d’une quelconque reconnaissance alors même que nous recevons des bénédictions. 

Une célébration d’une victoire, si humble soit-elle, est comme un moment de désaltération lors d’une course. Bien sûr l’on peut continuer à courir passionnément, mais le fardeau de l’effort devient de plus en plus lourd à porter. Il convient de faire une légère pause, d’éprouver un plaisir dans la délectation de cette eau que l’on avale à pleine gorgée. Il en est de même pour la course de la vie. Celle-ci n’a pas toujours un but clair pour nous, on sait seulement que l’arrivée finale est la mort, c’est pourquoi se presser peut relever de la folie. Pourtant, sur toutes les étapes de notre chemin, on peut garder l’espoir d’une progression même si l’issue est inéluctablement tragique. Que l’on vous regarde avec mépris ou désintérêt, il y a toujours une entité supérieure qui est prête à vous écouter et qui croit en vous. Dieu ne vous abandonnera pas, même si vous l’avez abandonné – ses messages seront seulement inaudibles pour vous dans ce cas – . 

Quand on éternue, le temps s’arrête, ou du moins il reste en suspens, on devient notre propre observateur – juste avant l’éternuement – durant un quart de seconde. Faire preuve de gratitude, c’est en quelque sorte éternuer plus longtemps. C’est faire le point, s’arrêter un instant dans sa course pour savourer le travail accompli et contempler celui qu’il nous reste à fournir. 

Buvez ces gorgées d’eau fraîche tout au long de votre parcours qu’est la vie. Cela rendra votre périple plus agréable. Ne regardez pas ceux qui cherchent à vous rabaisser. Abaissez-vous devant Dieu seul telle une endive qui se penche pour capter les rayons du soleil.

Related posts