You are here

Doit-on hériter des croyances de sa famille ?

transmission

La famille est le lieu de la transmission par excellence. Il en existe de différentes formes, pourtant, tous ces lègues sont-ils bon à recevoir ? 

L’héritage qu’il soit culturel ou matériel est l’essence même de la notion de famille. Peut-on choisir délibérément de ne pas accepter un lègue qu’on nous a été imposé ? 

Doit-on hériter des souffrances du passé sans compromettre sa relation avec ceux dont partageons le sang ?

Cette question est difficile à répondre puisque nous ne contrôlons qu’une partie de ce que nous sommes, mais presque tout de ce que nous devenons. 

Lorsque quelqu’un décide de prendre son envol, il fait le choix bien souvent de renoncer à un fardeau trop lourd à porter. On ne peut pas adhérer à deux narratifs contradictoires : deux croyances opposées ne peuvent pas cohabiter sereinement dans notre esprit. 

Il y a plusieurs manières de faire face aux aléas de la vie. On peut s’appuyer sur sa communauté d’origine afin de retrouver un support moral ou affectif. Ceci implique également de s’exposer aux jugements de valeurs, et aux croyances limitantes qu’elles cultivent. On peut aussi, à un autre extrême, choisir d’affronter seul les obstacles qui se présentent sur notre chemin. C’est un choix ardu puisqu’il implique la souffrance de la rencontre avec la solitude. La solitude n’est pas mauvaise en soi, elle est l’apprentissage de soi. C’est l’amitié première et essentielle pour être heureux. C’est celle qu’on pourra garder toute sa vie, si l’on sait comment en prendre soin. 

Lorsqu’on explore de nouveaux chemins, loin de ceux empruntés par les siens, on peut prendre ses distances avec les croyances et les souffrances qu’on souhaite nous transférer. Pour réussir efficacement cette transition, il faut pouvoir remplacer ces anciennes croyances par des nouvelles qui seront comme de nouveaux guides pour votre vie. 

Une fois que vous aurez fait votre trou ailleurs, vous pourrez revenir vers les vôtres : les croyances limitantes ne vous affecteront plus. Vous ne devez jamais complètement vous défaire des liens avec votre famille, vous devez entretenir d’une façon ou d’une autre un lien qu’il soit proche ou lointain. Vous pouvez par exemple tâcher de vivre selon certains principes que l’on vous a inculqués pendant votre enfance ou encore d’honorer votre famille en accomplissant un rituel particulier. Votre famille et votre enfance font partie de ce que vous êtes, si vous n’arrivez pas à les assimiler du moins en partie dans votre identité, vous allez en souffrir toute votre vie. Le plus dur parfois, c’est de donner du sens à ce que l’on a vécu. Nos expériences, aussi douloureuses soient-elles peuvent être utilisées comme tremplin pour créer un meilleur soi, le plus dur étant de trouver l’angle d’interprétation de ces circonstances. 

Si vous avez des croyances limitantes auxquelles vous ne souhaitez pas adhérer, il ne tient qu’à vous de changer cela. L’éducation familiale est rarement bonne à cent pour cent. Il faut pouvoir savoir trier le bon grain de l’ivraie. Une manière efficace d’opérer ce changement est la distanciation. Si vous ne vous exposez plus aux influences de votre entourage, vous pourrez y voir plus clair et enfin choisir ce à quoi vous souhaitez adhérer et ce à quoi vous ne souhaitez plus croire. 

L’enfance peut être une période dorée, mais elle peut être également une période que l’on souhaite oublier. Sachez quelle personne vous souhaitez devenir. Trouvez-vous d’autres héros ou modèles ailleurs, s’il ne se trouvent pas dans votre environnement familial. Soyez fidèle à vos propres convictions, honorez vos proches à votre façon, mais ne laissez pas un tribalisme reposant sur des valeurs néfastes gâcher votre existence.

Related posts

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com