You are here

Êtes-vous carniste sans le savoir ?

La force du mal c’est qu’il arrive à paraître invisible aux yeux du plus grand nombre

Les sociétés actuelles reposent majoritairement sur des dogmes dont nous n’avons pas conscience. Que vous habitiez en Asie, dans l’hémisphère nord ou sur une île, il est fort à parier que vous vivez dans une société qui passe sous silence une réalité ou bien qui occultent un pan entier de son fonctionnement

Apologie du véganisme

Avertissement : Attention, ce que vous allez lire entrera très certainement en conflit avec vos croyances. Il est très probable que vous développiez un rejet ou un malaise pour ce qui va suivre

Le véganisme est une idéologie qui s’oppose à une autre qui ne donne pas son nom : le carnisme. Le véganisme prône l’absence de souffrance ou d’exploitation des animaux quels qu’ils soient. La manière de manger n’est qu’un aspect du véganisme. En réalité, le véganisme est davantage un rapport au monde et à la vie plutôt que le simple acte de consommer de la nourriture ou des vêtements.

Vous vivez dans un monde carnisme et vous l’ignorez

Le monde et les sociétés qui le constituent sont a l’immense majorité carnistes, c’est-à-dire qu’ils basent leur fonctionnement sur l’exploitation cruelle et la souffrance généralisée de la plupart des animaux. Un monde carniste part du principe qu’il n’y a aucun problème moral à consommer de la chaire animale et qu’il est même impossible de vivre sans.

Les animaux n’ont pas besoin de nous et nous n’avons plus besoin de les exploiter

L’existence même de la plupart de la biomasse animale est du fait même de son rapport à l’homme. Les animaux sauvages ne constituent qu’une partie infime de la biomasse animale totale.

Un monde sans viande est possible

Le paradigme carniste a vécu. Nous pouvons vivre sainement sans exploiter ni consommer d’animaux, plusieurs groupes humains l’ont prouvé à l’échelle locale et une partie de l’humanité le vit chaque jour, et ce bien qu’elle soit éparpillée aux quatre coins du monde.

La première étape pour combattre le mal, c’est de le nommer

Manger de la viande n’est pas neutre. Vous avez l’impression que vous êtes normal si vous en mangez, c’est faux. Vous faites simplement partie de la majorité et celle-ci n’est pas synonyme de normalité. On vous a nourris aux brochettes de veau, aux kebabs d’agneau ou aux hamburgers de bœuf. On ne vous a jamais demandé votre avis et vous ne vous êtes sans doute jamais questionné sur une telle consommation. Vous êtes carniste si vous n’êtes pas végane. Vous êtes le produit de votre conditionnement sociétal qui refuse de reconnaître l’effectivité de la souffrance animale. On vous cache les abattoirs, on vous éloigne des exploitations industrielles, on appelle viande ce qui n’est qu’animal. On fait tout pour vous faire oublier que vous consommez des êtres sensibles doués d’une intelligence, certes différente de la nôtre, mais intelligence tout de même. On vous a occulté une réalité et vous vous avez préféré regarder ailleurs parce que vous ne voulez pas que votre plaisir de manger des steaks soit gâché par une once de culpabilité. Vous vous regardez dans le miroir sans remords ni regret. Regretter quoi de toute manière ? Le mal que vous causez, vous le voyez pas. On a réussi à faire sentir et serein alors même qu’une industrie toute entière dépend de votre acte en apparence anodin qui est de remplir votre caddie de viande, d’œufs et de poissons.

Vous êtes coupable mais vous ne savez pas

Nul n’est censé ignorer la loi

Nul n’est censé ignorer le tort qu’il fait aux autres. Votre devoir en tant qu’humain, c’est d’élever votre conscience de telle que vous soyez conscient des souffrances que vous créez.

Vous êtes responsable de votre propre conscience, personne ne devrait assumer ce rôle à votre place.

La civilisation est un processus lent qui prend différents chemins et atteint des niveaux variés. L’idéal civilisationnel est le bonheur partagé par le plus de personnes et d’êtres vivants, il faudrait rajouter. Du fait des souffrances engendrées par l’industrie carniste, on peut dire que le niveau de développement civilisationnel actuel est intermédiaire et que d’autres efforts pourraient être faits pour que l’ensemble des êtres accèdent à un niveau de bien-être sans précédents. Alors, qu’allez-vous faire personnellement pour diminuer la souffrance animale ?

Related posts

Laisser un commentaire

 

Vous allez recevoir le document.

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Politique de vie privée.