You are here

Vivre le moment présent décalé

décalé

Vivre le moment présent est un mantra dans l’air du temps auquel on a tous été confrontés un jour. Cette idée trouve sa source dans plusieurs courants philosophiques, mais c’est avant tout le bouddhisme qui en a fait un élément central de sa pratique.

Souvent, on constate que ce concept est trop éloigné de nos vies qui peuvent être à la fois tumultueuses et encombrées. Le fait d’être interrompu dans son travail et de ne pas avoir la maîtrise complète de son temps rend la mise en pratique de ce principe difficile. Ceci n’est pas étrange puisque ce concept nous vient d’Orient, il est fortement empreint de notions contemplatives, ascétiques et naturalistes. Comment dès lors vivre le moment présent lorsque notre environnement et notre mode de vie sont aux antipodes de celle de Bouddha l’ermite ?

À mon sens, je crois qu’il est vain de tenter de vivre l’instant présent à la manière dont le faisaient et le font encore aujourd’hui les moines orientaux. Certes, leur cadre de vie peut être parfois frénétique lorsque leurs congrégations se trouvent près ou dans les villes, mais ils bénéficient presque toujours d’une bulle de confort que leur offre leur monastère où ils peuvent “retirer du monde” pendant plusieurs heures pour “ne rien faire”.

L’idée ici est de s’inspirer de ce principe et de l’adapter à nos vies modernes en y ajoutant un autre ingrédient. Vivre le moment présent revient à perdre la notion de temps. Le présent étant la seule réalité que nous vivons de manière sensorielle, il n’est pas faux de dire, comme le font les bouddhistes, que le passé ou le futur n’existent pas. Vivre sans la conscience du temps est difficile en dehors de tâches contemplatives sauf si on prend en compte la notion de flow, développée par le psychologue Mihály Csíkszentmihály. Selon Wikipédia, il s’agit d’un état mental atteint par une personne lorsqu’elle est complètement plongée dans une activité et qu’elle se trouve dans un état maximal de concentration, de plein engagement et de satisfaction dans son accomplissement. Fondamentalement, le flow se caractérise par l’absorption totale d’une personne par son occupation. Dans le flow, les émotions ne sont pas seulement contenues et canalisées, mais en pleine coordination avec la tâche s’accomplissant.[…] Le trait distinctif du flow est un sentiment de joie spontané, voire d’extase pendant une activité.

Le mot extase est intéressant étant donné qu’il trouve son étymologie dans le grec pour signifier “hors de soi”, c’est aussi l’un des buts premiers recherchés par la méditation. Le moment présent peut être vécu pleinement, paradoxalement en le fuyant (par une action intense). C’est à ce titre un procédé contraire à la méditation qui recherche à vivre l’instant présent en l’embrassant totalement par sa conscience et l’abstraction du monde extérieur.

Ainsi, vivre le moment présent peut être atteint par deux chemins semble-t-il, l’un plus direct qui est accessible à tous ceux dont la vie peut être organisée autour de période méditative. Pour le reste des gens qui n’ont pas cette chance, il y a une méthode indirecte dont ils peuvent tirer profit (par le flow), c’est ce qu’on pourrait appeler le moment présent décalé.

Bien sûr, le prérequis à la méthode indirecte est de ne pas être interrompu dans la tâche pour pouvoir y entrer en profondeur. Cela implique de travailler par blocs de temps plus long.

Related posts