You are here

Sommes-nous dans l’Anthropocène ou dans l’Asophanthropocène ?

Anthropocene

On dit que nous avons peut-être atteint la sixième étape de l’extinction massive. Celle-ci serait causée par des êtres humains, ce qui explique pourquoi elle est appelée « anthropocène » (Anthropos signifiant être humain et cene signifiant nouveau, ce qui renvoie à la nouvelle ère sur un terme géologique).

Je me demande si nous devrions vraiment appeler cette ère de cette manière. En effet, je crois qu’il y a une fusion en utilisant ce terme. Tous les êtres humains sont-ils contre l’environnement et directement responsables de cette extinction massive ? Je dirais que non. Il est probable que beaucoup d’êtres humains ont un bon impact sur l’environnement et travaillent à sa préservation. Le principal problème est que l’économie est à l’origine de nombreuses décisions qui sont prises sans tenir compte de l’impact sur les écosystèmes naturels. Cela se fait contre la volonté de millions de personnes qui se soucient des animaux et de la nature. Les êtres humains sont une menace pour la nature lorsque nous l’étudions dans son ensemble. Le « système humain » est régi par des institutions non écologiques, même si la plupart des êtres humains veulent préserver la planète et la garder en sécurité pour les générations futures.

Ceci étant dit, je recommande d’utiliser un autre terme (asophanthropocène) qui signifie littéralement : « la nouvelle ère des hommes peu sages ». En effet, nous sommes en quelque sorte à une époque sombre en ce qui concerne les sensibilités naturelles. Autrefois, les gens étaient beaucoup plus conscients de l’importance de la préservation de l’environnement. Les Amérindiens, les Aborigènes d’Australie par exemple, ont pu préserver leur terre et la garder sacrée. Malheureusement, leurs terres ont été colonisées par des gens dont l’idéologie était davantage liée à la prédation qu’à l’harmonie. De toute évidence, les sociétés néolithiques n’étaient pas idéales, les gens mouraient à un âge beaucoup plus jeune, mais ils étaient capables de cultiver un certain degré d’harmonie en consacrant la nature. Le principal problème est que l’humanité est principalement régie par une idéologie anthropocentrique (monothéismes, capitalisme, socialisme, etc.). Il est presque impossible de respecter la nature si vous pensez que l’homme est au centre du cosmos et qu’il est supérieur à toute autre créature par essence. Pour préserver la nature, nous devons changer notre mentalité en faveur d’idéologies qui ne favorisent pas la hiérarchie entre les êtres. Une telle école de pensée pourrait être l’antispécisme, l’animisme ou le jaïnisme. En adoptant ces idéologies, nous ne résoudrons peut-être pas tous nos problèmes, mais nous pourrions aborder plus efficacement la crise environnementale.

*Les peuples indigènes d’Amérique et d’Australie n’étaient pas supérieurs au sens moral, mais en étant animistes pour la plupart d’entre eux, ils ont pu prendre en compte la sensibilité de la nature.

*Animisme (selon le Cambridge Dictionay) : la croyance que toutes les choses naturelles, telles que les plantes, les animaux, les roches et le tonnerre, ont un esprit et peuvent influencer les événements humains

Related posts

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com