You are here

Penser comme un président français

La force de penser en terme de quinquennat (la force d’une pensée à 5 ans)

On a souvent tendance à surestimer les choses que l’on peut réaliser à court terme alors qu’on a plutôt tendance à sous-estimer ce que l’on peut réaliser à long terme.

Il est plutôt aisé de s’imaginer ce qu’on fera le week-end qui vient mais il est moins facile de planifier un projet 6 mois à l’avance. Qu’en est-il d’un programme que l’on voudrait mettre à l’œuvre pour les 5 prochaines années ? Pourtant, cette façon de penser, bien qu’étant parfois inefficace à grande échelle (la totalité des présidents français n’ont jamais appliqué l’entièreté de leur programme, de même, l’URSS qui était organisée sur ce modèle de plan quinquennal a connu le destin funeste que nous connaissons tous, en partie à cause de ce système) peut se révéler judicieux pour un individu.

Pourquoi penser à 5 ans peut-il être efficace ?

Renouer avec une vision à long terme

On a tendance à ne pas donner suffisamment de temps à la plupart des projets que l’on entreprend. Nous vivons le plus souvent dans une forme d’empressement, ce qui nous pousse à rechercher absolument des résultats immédiats ou imminents. Ce faisant, nous manquons inéluctablement de suivre les étapes essentielles pour atteindre tout objectif. L’une des étapes les plus capitales est simplement le temps d’apprentissage d’une nouvelle compétence. Parce qu’on a peur du jugement des autres, on ne donne pas le temps nécessaire pour qu’un projet voie le jour.

Renouer avec un rythme proche de notre biologie

Dans certains cas, travailler avec une grande intensité et une forte concentration peut aider à accélérer le processus inhérent à notre projet, comme par exemple travailler dans un état de penser profonde (deep work) ou sous-traiter une partie de notre travail. Néanmoins, il existe une partie de l’ordre de la nature biologique (a fortiori humaine) à tout projet dont il faut tenir compte, ce qui induit nécessairement l’idée que la qualité est souvent proportionnelle à la quantité de temps qu’on consacre à un projet. Ceci explique pourquoi l’agriculture biologique produit des résultats meilleurs que l’agriculture dite “conventionnelle”. Les fruits, légumes et animaux d’élevage ont eu entre autres plus de temps pour pousser ou grandir, ce qui accroît de fait leur qualité

Une durée flexible

5 années peuvent paraître être une durée assez arbitraire, ce qui est vrai en soi. On peut, à mon avis, augmenter ou diminuer ce chiffre d’une ou plusieurs années pour qu’il colle avec l’envergure du projet que vous souhaitez concrétiser. Il n’est souhaitable de se donner 5 ans pour obtenir une licence qui s’obtient normalement en 3 ans. De la même manière vouloir devenir docteur en 5 ans est tout aussi ridicule si le cursus moyen prend 10 ans.

Penser en termes de quinquennat est simplement là pour nous rappeler l’importance de nouer avec l’idée du temps long. La plupart des projets de transformation personnelle prennent du temps. Avoir un plan quinquennal personnel permet de “donner du temps au temps” et ainsi pouvoir fournir les efforts nécessaires à tout changement significatif dans sa vie.

Quels sont les ingrédients d’un plan quinquennal réussi ?

Un objectif

Un plan quinquennal est là pour réaliser un grand objectif. Ce peut être par exemple, devenir ceinture noire en judo, créer une startup à succès, réussir une expatriation, trouver la personne de sa vie ou encore perdre 50 kilogrammes. Comme l’écrivait La Fontaine : “Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.” Un plafond peut s’effondrer sous le poids d’une eau qui s’infiltre petit à petit pendant des années alors qu’il résistera à ses voisins qui dansent au-dessus un samedi sur deux.

L’objectif est essentiel puisqu’il va aussi conditionner la durée exacte que l’on souhaite allouer à un projet. Il en conditionnera aussi les jalons. On verra néanmoins que cette durée peut être ajustable au fur et à fur que le projet avance, si on prend connaissance de données que nous ignorions jusqu’alors.

Un programme bénéficiant d’une certaine souplesse

Il faut être ferme sur le résultat et flexible sur les moyens d’y parvenir.

Un objectif est corrélé à des objectifs intermédiaires qui jonchent ce parcours de 5 années. Il est somme toute raisonnable de définir des objectifs intermédiaires pour des jalons de 6 mois. Ces jalons permettront de faire un point régulier afin d’évaluer l’avancement pour corriger certaines approches. 6 mois restent relativement longs pour pouvoir avoir le temps de fournir un travail sans se préoccuper des résultats.

L’importance de travailler tout en se détachant du résultat

Pour pouvoir être efficace, il faut bien souvent se donner corps et âme à un projet, ce qui implique de faire abstraction paradoxalement du résultat que l’on cherche atteindre. Pour être un bon joueur de guitare, il ne faut pas aimer être un bon joueur de guitare, mais aimer jouer de la guitare. Pour perdre du poids, il est plus important d’aimer manger sainement que d’aimer l’idée d’être mince. Il est essentiel d’aimer quelque chose qui peut induire un comportement immédiat plutôt qu’un état contemplatif.

Rectifier la durée

Comme je l’ai dit plus haut, on peut modifier la durée en fonction du projet au début, mais aussi en cours de projet si on voit que certains éléments n’avaient pas été pris en compte.

L’importance de renouer avec la vision japonaise du travail

Le Japon est reconnu comme étant un pays qui jouit de l’une des meilleures éthiques du travail au monde. L’une des raison à cela est qu’il existe dans la tradition nippone l’idée de maîtrise pour toutes les carrières que l’on choisit, que l’on soit samouraï, cuisiner ou trader. Avoir l’esprit de maître implique de choisir une voie (un “do”) et de s’y consacrer toute sa vie afin de devenir le meilleur dans ce que l’on fait même s’il ne s’agit que de préparer des makis ou de programmer des lignes de code par exemple. Cette notion japonaise va au-delà d’un plan quinquennal, ce serait plutôt un plan vital (à vie) qui impliquerait que chacun choisisse une vocation et s’y consacre jusqu’à sa mort. Pour les plus passionnés d’entre vous, vous pouvez opter pour cette approche qui existe encore dans certains métiers qu’on pourrait qualifier de vocationnels* comme celui d’avocat ou médecin, même si on voit de plus en plus de changements sous l’effet de la technologie.

*à l’origine le terme vocationnel ne désignait que les métiers en lien avec la religion puisque le mot traduisait l’appel de Dieu (par sa voix) ressenti par la personne.

Related posts

Laisser un commentaire

 

Vous allez recevoir le document.

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Politique de vie privée.