You are here

Êtes-vous authentique ?

authentique

Le mot authentique vient du grec αᜐΞέΜτης, authentĂȘs (« auteur, perpĂ©trateur ») avec le suffixe -ÎčÎșός, -ikĂłs, littĂ©ralement « de l’auteur ». Il faut comprendre par la question initiale, est-ce vous ĂȘtes votre propre auteur ou bien une copie de quelqu’un autre ? C’est une question qu’on se pose tous un jour. Vivons-nous comme Ă©tant l’expression de notre plus pure essence ou bien cette derniĂšre est parasitĂ©e par des interfĂ©rences extĂ©rieures qui encombrent la canalisation de cette Ă©nergie ?

Être informĂ©(e) quand le club xThinking ouvre des places

L’image qu’on a de soi peut ĂȘtre comme une brume : nous avançons dans l’incertitude, il est alors plus rĂ©confortant de suivre l’ombre de quelqu’un d’autre. Il est nĂ©cessaire, surtout Ă  un jeune Ăąge, d’avoir des modĂšles, que ce soient nos parents ou les personnes influentes de notre Ă©poque. Cependant si l’on vit toute une vie en copiant nos prĂ©dĂ©cesseurs, on ne peut pas partir Ă  la rencontre de notre moi vĂ©ritable. C’est comme si vous faisiez du parachute sans jamais sauter de l’avion. Vous ĂȘtes en sĂ»retĂ© dans la cabine d’envol, vous suivez la voie tracĂ©e par l’aĂ©roplane, pourtant ce n’est pas le but de rester dans cette cabine indĂ©finiment. Vous pouvez bien sĂ»r observer les autres, voir comment ils sautent et quelle trajectoire ils prennent, nĂ©anmoins il est vain de vouloir vivre comme un autre. Vous ne pourrez jamais ĂȘtre un autre, tout au plus qu’une pĂąle copie, aussi pathĂ©tique qu’un sosie en mal de reconnaissance. Vous ne partirez jamais du mĂȘme endroit que vos modĂšles, il faut donc accepter que votre chemin de vie se sĂ©pare d’eux Ă  un moment donnĂ©, pour que vous puissiez emprunter celui qui vous est propre.

Ne vivez pas dans l’illusion, croire que l’on puisse suivre les pas d’un autre est une ivresse Ă  laquelle il ne faut pas cĂ©der. Acceptez humblement les alĂ©as qui se prĂ©sentent sur votre chemin, faites-y face comme un lion se dĂ©fait d’un braconnier. Les problĂšmes qui se dressent Ă  vous sont lĂ  pour que vous rencontriez votre ĂȘtre supĂ©rieur, acceptez le dĂ©fi et vous arriverez plus vite que vous ne le pensez au sentiment d’ĂȘtre Ă  votre place lĂ  oĂč vous ĂȘtes.

# Être authentique, c’est aussi ne pas chercher Ă  ĂȘtre meilleur que ce qu’on est.

Est sage, dit-on, celui qui connaĂźt le problĂšme sans y avoir goĂ»tĂ©. HĂ©las, tout le monde n’a pas cette capacitĂ©.Peut-on vraiment se convaincre de la rĂ©alitĂ© d’un danger sans y avoir vraiment goĂ»tĂ© ? Cette question est intĂ©ressante parce qu’on aime bien comme l’enfant jouer avec le feu tant ses lueurs nous envoĂ»tent. Le danger joue le mĂȘme rĂŽle, c’est-Ă -dire qu’il nous enthousiasme pour la transgression qu’il suggĂšre et les promesses de plaisir qu’il nous offre. Le sage n’est mĂ» que par sa raison, c’est ce qui le distingue en outre du commun des mortels. La sagesse ne nous est pas donnĂ©e, aussi il est vain de vouloir agir en sage s’il on le n’est pas vraiment. L’un des paradoxes de la sagesse est qu’on peut apprendre Ă  le devenir en ne l’étant pas au dĂ©but : par nos erreurs, on change. On a tous des prĂ©dispositions diffĂ©rentes Ă  la sagesse, ceux qui se distinguent le plus Ă  la fin de leur vie ont eu souvent une vie assez normale de laquelle ils ont tirĂ© leurs propres enseignements. La sagesse est un processus de dĂ©cantation plutĂŽt que d’acquisition dĂ©libĂ©rĂ©e de connaissance.

# DĂ©sirer plaire et ĂȘtre sympathique nous ĂŽte souvent une possibilitĂ© d’ĂȘtre authentique

Attention Ă  la sympathie sans empathie

Comment ĂȘtre sympathique si on n’est pas empathique ? En fait, je ne crois pas que ce soit possible. La sympathie sans empathie est une façade, un masque que l’on montre aux gens pour cacher nos rĂ©elles intentions. C’est pourquoi je trouve qu’il est vain d’essayer d’ĂȘtre sympathique si l’on n’a pas dĂ©veloppĂ© sa sympathie avant. Bien sĂ»r, ĂȘtre empathique ne nous rendra pas sympathique tout de suite, mais c’est l’étape obligĂ©e pour nous rendre vĂ©ritablement sympathique par la suite.

# RĂ©duire l’identitĂ©

L’homme se satisfait de peu, mais si vous lui donnez trop, il en voudra davantage. Ce principe vaut aussi pour l’identitĂ©. Si vous collectionnez les trophĂ©s identitaires, vous privilĂ©gierez le contenant plutĂŽt que le contenu. La quĂȘte de sens dĂ©coule le plus souvent de principes simples que l’on applique chaque jour. Aller au-delĂ  de cela relĂšve davantage de la posture ou du syndrĂŽme du collectionneur.

Nous sommes plus qu’un sexe, qu’une langue, qu’une nationalitĂ©,qu’une religion, qu’une conviction politique, qu’une orientation sexuelle, qu’un mĂ©tier, qu’une espĂšce (l’humain en l’occurrence), qu’un rĂ©gime alimentaire (omnivore ou vĂ©gĂ©tarien ou etc.) etc.., nous sommes des ĂȘtres de conscience et de rĂ©flexion. A vouloir trop penser selon une identitĂ© particuliĂšre, on en vient Ă  ne plus pouvoir penser les choses vraiment, avec neutralitĂ© voire honnĂȘtetĂ© intellectuelle, on devient enfermĂ© dans une identitĂ© qu’on s’est soi-mĂȘme construite ou que l’on nous a lĂ©guĂ©e comme un fardeau. Le problĂšme de se penser en -iste (bouddhiste, nationaliste, socialiste, pacifiste etc.) est que nous nous confinons dans une mode de pensĂ©e qui dresse des murs entre nous et les autres. Il est bon d’avoir un modĂšle Ă  suivre, mais il est mauvais de faire de ce modĂšle sa vĂ©ritĂ©, la vĂ©ritĂ© qu’on souhaite imposer aux autres, au risque de manquer d’empathie et de finalement n’ĂȘtre que le fruit d’un conditionnement. Nous sommes tous conditionnĂ©s par le milieu et l’environnement dans lequel nous avons grandi. Cependant, il convient que l’hĂ©ritage culturel, religieux etc. de ce milieu soit une richesse ouverte, comme un puzzle incomplet qui s’enrichit du puzzle des autres. Le hic est que souvent, nous mettons un cadre fermĂ© Ă  ce puzzle, pensant qu’il est terminĂ©, car nous avons Ă©tabli les limites de ce que nous sommes et finalement nous nous sommes fermĂ©s au monde. Alors, quand nous rĂ©duisons notre puzzle, nous empĂȘchons les autres de pouvoir prendre des piĂšces de celui-ci, et par consĂ©quent eux aussi deviennent plus pauvres et parfois ils dressent Ă  leur tour des barriĂšres autour d’eux. Nos excĂšs identitaires crĂ©ent un repli identitaire, de mĂȘme que leur excĂšs identitaire crĂ©e notre propre repli identitaire. Chacun alors lĂšve ses boucliers pensant que ce patrimoine est en danger devant la fermeture et l’intransigeance des autres.

Il est difficile de ne pas dĂ©velopper une identitĂ© rigide parce qu’on nous demande toujours de nous dĂ©finir ce que nous sommes par rapport Ă  des choses rigides alors qu’on pourrait refuser de le faire.

Related posts

One Thought to “Êtes-vous authentique ?”

  1. J’ai longtemps cherchĂ© Ă  ĂȘtre comme les autres car trop diffĂ©rente de la plupart des gens, j’Ă©tais convaincu que j’Ă©tais une erreur.
    Aujourd’hui, je sais bien que cela n’avait pas de sens et Ă  quel point, c’est important d’ĂȘtre authentique.
    Merci pour cet article

Laisser un commentaire

Guide vers l'entrepreunariat

Vous allez recevoir le document.

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Politique de vie privée.