You are here

Les 3 dimensions de développement du judo

Le judo permet de développer diverses dimensions de l’être. Voyons ce qu’elles sont.

Le caractère

La finalité du judo est d’améliorer le caractère du pratiquant par l’assimilation d’un certain nombre de valeurs. Si le ju jitsu duquel il émane était un art exclusivement du combat pour se défendre et terrasser son adversaire, le judo, au contraire revêt une dimension davantage morale. L’idée étant ici non pas de tuer son ennemi de la manière la plus efficace comme ont pu le faire les samouraïs en recourant au ju jitsu, mais plutôt de tuer l’être vulgaire qui sommeille en nous. En soi, le judo est une école de la noblesse de caractère. Celle-ci dure toute la vie. Il n’y a pas de limite de temps dans l’apprentissage lorsque l’on tend vers la perfection morale. Bien sûr, la dimension éthique n’est pas celle qui est la plus implicite lorsque l’on débute, pourtant c’est bien elle vers laquelle on se dirige au fur et à mesure des années. Il existe différentes manières d’assimiler les valeurs morales du judo par la pratique de ce sport. Tout d’abord, la discipline qu’implique le judo enclenche un processus d’éducation. Les convenances et usages de la pratique requièrent une attitude appropriée pour le bon déroulement des séances.

Les valeurs martiales du judo

Si le judo n’est pas un art martial à vocation assassine comme le fut ju jitsu, elle n’a néanmoins pas perdu les valeurs des lointains samouraïs. Quelles sont-elles ?

Gi : La droiture et le sens du devoir

Le judoka doit se comporter avec rigueur et accomplir sa mission avec un sens aigü de la justice. Ceci implique de toujours peser le pour et le contre, de ne pas faire preuve d’égoïsme car cela reviendrait à voir d’abord son propre intérêt avant celui des autres et on perdrait ainsi cet esprit d’équité. Le sens du devoir nécessite de savoir distinguer les actions bonnes des mauvaises. Une personne qui agit avec devoir met son égo de côté pour se mettre au service d’une cause plus grande que lui.

Yu : Le courage 

Le judo, par les efforts qu’il implique et la nécessaire conflictualité qu’il suggère, permet de développer son courage. Le courage n’est ni plus ni moins qu’agir animé d’une force – l’amour – qui permet de dépasser les dangers. Le courage s’apprend comme toute qualité du cœur. C’est par la répétition du dépassement de sa propre peur qu’on apprend à développer son courage. Il fonctionne comme un muscle qui croît au fur et mesure des difficultés qu’il rencontre et qu’il surmonte.

Jin : La bienveillance et la compassion

Le courage sans bienveillance transforme une personne en brute épaisse. La noblesse du cœur demande qu’on soit ferme et courageux avec les forts, magnanime avec les plus nécessiteux. La compassion consiste à ressentir les émotions des autres et agir en conséquence. Être bienveillant implique de cultiver une certaine harmonie et amitié avec les personnes qui nous entourent. Pour être efficace, une épée doit savoir rester tranquille dans son fourreau le plus clair de son temps, il en va de même du judoka : son esprit combatif, il ne l’exprime que dans de rares moments qui l’exigent. Le reste du temps, il doit se montrer serviable et humble avec les gens.

Rei : La politesse et le respect

Un judoka est un gant de velours dans une main de fer. Ses mots et son attitude signalent la qualité de son caractère. À aucun moment il ne doit se montrer présomptueux ou irrespectueux à l’égard d’autrui. Ce serait contraire à son code moral qui lui impose un comportement courtois emprunt de gravité. La politesse permet de témoigner de son respect autant que de garder une certaine distance qui permet d’inspirer le respect en retour.

Makoto : La sincérité et la vérité

Le judo est la voie de la souplesse (son sens étymologique en japonais), mais c’est aussi la voie de la recherche de la vérité par l’harmonisation du corps avec le cœur et l’esprit. La vérité est une expérience intime qui peut prendre la forme d’un enseignement par les sens plutôt que par l’intellectualisation. Parce que le judo est avant tout une recherche de l’équilibre du corps et de l’esprit, il implique nécessairement d’atteindre un certain degré de vérité qui peut prendre plusieurs formes, la sincérité est l’une d’entre elles. Il est inconcevable de vivre la vérité sans s’exprimer avec sincérité.

Meiyo : L’honneur

L’honneur est une qualité dont est dotée tout enfant qui voit le jour. Par une forme de corruption, l’enfant peut être amené à perdre cette valeur. Le judo tend à rétablir cette vertu essentielle qui fonctionne comme une sorte d’émanation et qui trouve sa source dans la mise en pratique des principes susmentionnés.

Chugi ou chu : La loyauté

La loyauté est aussi la conséquence de toutes les valeurs précédemment mentionnées. Quelqu’un qui apprend à s’améliorer, à retrouver les qualités naturelles du cœur qu’il avait perdues grâce à son sensei (son maître en arts martiaux), ne peut que faire preuve de reconnaissance à son égard et à l’égard de son art. Le cadeau que l’on reçoit par la pratique du judo ne peut donner lieu qu’à un esprit de loyauté pour ne pas rompre la relation ainsi créée.

La technique

La technique est un autre aspect du judo. Un bon judoka sera reconnu comme tel par son caractère, ensuite par la technique qu’il a su acquérir. Elle lui permet de gagner en confiance et en harmonie corporelle, de même elle lui donne cette identité de judoka : un judoka est quelqu’un qui connaît les techniques du judo. Pour autant, on peut venir à oublier les techniques qu’on a apprises alors que cela prend plus de temps d’oublier les valeurs qu’on a inculquées.

Le physique

Le physique est la dimension la plus superficielle de la pratique du judo. Elle peut correspondre à l’endurance, la force physique, la musculature que l’on développe. À la longue, toutes ces qualités peuvent disparaître. Elles sont plus faciles à acquérir, mais aussi plus faciles à perdre.

close

✨Recevez gratuitement la fiche audio et la fiche d'activités de "Trouvez vos forces maintenant" de Tom Rath 📈

Je hais les spams et protège vos données personnelles

Related posts

One Thought to “Les 3 dimensions de développement du judo”

  1. Ce sont des dimensions de l’être qui me plaisent, que j’essaie d’appliquer pour certaines et auxquelles j’aspire pour d’autres. Merci pour cet article fort intéressant.

Laisser un commentaire

 

 

Vous allez recevoir le document.

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Politique de vie privée.