You are here

Utilisez ce dont vous manquez

quelqu'un cherchant ce qui lui manque

Être informé(e) quand le club xThinking ouvre des places

La découverte des avantages injustes dont on jouit sans le savoir

Il y a souvent quelque chose qui nous irrite, qui nous tourmente parce que cela nous donne l’impression de nous freiner dans notre progression. Le fait de ne pas avoir été avantagé dans la vie peut en effet se révéler un lourd handicap sauf si on fait preuve d’un peu d’ingéniosité pour les transformer en atout. 

Je m’explique, vous n’êtes peut-être pas né dans une famille opulente éloignée de toute inquiétude. Si c’était le cas, ne serait-ce vraiment qu’une bénédiction que de n’avoir pas été confronté un peu à une réalité à laquelle la majorité des gens font face ? 

Vivre de manière modeste peut aider à développer une frugalité et une prodigalité qu’il est difficile de développer des des milieux plus aisés. 

Quand on aborde un nouveau défi dans la vie et qu’on a pris l’habitude d’agir avec parcimonie : on a moins de chance d’échouer car bien souvent les échecs sont liés à une mauvaise gestion des ressources plutôt qu’autre chose.  

Dressez la liste des choses qui vous bloquent, que cela soit psychologique ou matériel. Voyez ensuite comment vous pourriez utiliser ces désavantages à votre propre compte.

Voyons ensemble quelques exemples qui donneront plus de sens à ce concept. 

Une personne qui souhaite entreprendre mais qui n’a pas de fond personnels importants

Entreprendre sans argent est toujours mal vécu, surtout si on se compare avec des start-ups qui arrivent à lever des fonds ou des personnes que lon connaît qui ont un véritable coup de pouce de leurs proches. Il y a beaucoup de choses que l’on ne maîtrise pas, on n’a pas tous la chance d’être né avec une cuillère en argent dans la bouche. Ceci étant dit, il ne faut surtout pas oublier qu’il y a sûrement des millions d’hommes et de femmes qui se trouvent dans une bien moins bonne situation que nous. Et puis si vous êtes convaincu que vous êtes le dernier des damnés sur terre et que vous avez tout de même un peu de sensibilité animale, mettez-vous à la place de ces pauvres diables qui endurent des souffrances sans nom dans des exploitations immondes ou promiscuité, insalubrité sont leur lot quotidien.

Après avoir fait cet effort d’empathie, vous pouvez relativiser sur votre malheur et même commencer à voir des opportunités que vous avez négligées. Souffrir de manquer de moyens quand on entreprend un projet, c’est souvent souffrir d’un manque de créativité. Sortir des sentiers battus est un principe qui devrait être la norme chez tout entrepreneur. Une chose qui vous manque est le défaut d’une qualité qui vous faut trouver. Voici des exemples de pairs parmi lesquels vous pouvez puisez pour surmonter vos défis actuels : 

  • manque d’argent → approche frugale et minimaliste (valeurs clés du Lean startup) 
  • manque de relations pour vous lancer → le temps et l’énergie que vous aurez pu dédier à entretenir votre réseau, vous allez les utiliser pour vous former et améliorer vos compétences (en lien avec votre projet). 
  • manque de notoriété → c’est un peu lié au point précédent, mais c’est tout de même différent. Si on ne vous connaît, vous pouvez expérimenter plus de choses différentes (plus de possibilités s’offrent à vous en réalité) et ainsi de par craindre des conséquences sur votre réputation
  • l’endroit où vous habitez est trop cher pour lancer votre business → vous pouvez envisager de quitter votre ville ou votre pays vers une destination plus abordable, de nouvelles opportunités s’offriront sûrement à vous 
  • vous manquez de temps pour vous former et envisager une transition professionnelle → vous aborder votre apprentissage avec une mentalité 80 / 20 (vous faites meilleur usage de votre temps et vous concentrez sur les efforts qui vous apporteront les résultats les plus rapides et conséquents) / ou vous mettez en place des systèmes dans votre travail qui vous permettent de dégager du temps par l’utilisation de leviers (cf. article) → dans le deuxième cas vous n’utilisez pas le manque de temps pour être meilleur mais plutôt vous cherchez à être plus efficace à votre poste pour gagner du temps.

Une personne qui souhaite avoir plus de temps personnel mais qui ne peut pas à cause de son travail

Son emploi du temps est limité, les heures sont fixées à l’avance et il a plusieurs dizaines de personnes à ses ordres. Pour lui, il est très difficile de quitter son poste sans avoir à répondre à ses emails en tous genres, que ce soit en vacances ou les week-end. Il gagne bien sa vie, mais il aimerait pouvoir dégager plus de temps pour se consacrer à des choses plus personnelles comme jouer d’un instrument de musique ou apprendre une langue étrangère. Le travail et les contraintes familiales font qu’il ne lui reste que très peu de temps chaque jour pour s’adonner à l’une de ses passions. À cela s’ajoute le fait qu’il est fatigué et qu’il n’a ni l’énergie, ni l’envie de faire cela après une rude journée de travail. Le constat est clair ici : Il a de l’argent (que lui apporte son travail) mais peu de temps. Il possède une bonne quantité d’énergie et d’attention, mais celles-ci sont utilisées pour son emploi qui lui consomment toutes ses ressources. 

Partons du principe qu’il ne souhaite pas diminuer son salaire, plusieurs options s’offrent à lui pour gagner ce temps personnel qui lui fait tant défaut. 

  1. Une première solution simple serait de pouvoir négocier avec son patron afin d’avoir des horaires plus libres qui lui permettent d’organiser son temps comme il le souhaite
  2. Il pourrait décider de se lever beaucoup plus tôt le matin afin de profiter des “meilleures” heures de la journée, ce qui pourrait lui permettre de s’adonner à ses passions. Cette solution n’est pas vraiment la panacée dans le sens où le temps de sommeil n’est pas tout à fait incompressible. Il pourra, pour ce faire avoir recours à un éventuel sommeil polyphasique, lui permettant de répartir son temps de sommeil et de diminuer le nombre d’heures de sommeil totales. Cette solution est tout autant hypothétique dans le sens où il doit pouvoir dormir dans des créneaux qui sont normalement réservés pour son travail. Cela reste sujet à négociation avec son boss. Voici des exemples de sommeil polyphasique : 
    1. Biphasique – sieste : une nuit de 6-7 heures plus une sieste de 20 minutes dans l’après-midi
    2. Everyman 2 : une nuit de 5 à 6 heures à laquelle s’ajoutent deux siestes de 20 minutes à répartir dans l’après midi. 
    3. Triphasique : 3 plages horaires de 2 heures consacrées au sommeil et réparti à différents endroits de la journée 
    4. etc. Il existe d’autres possibilités, à vous de les consulter mais sachez qu’elles deviennent de plus en plus difficiles à soutenir si vous n’avez pas une très bonne hygiène de vie et si vous n’avez une régularité d’horloger dans votre emploi du temps (décaler l’heure d’une sieste dans certains système polyphasiques peut dérégler votre rythme)
  3. Une troisième option qui s’offre à lui, serait d’utiliser son temps pour déléguer certaines tâches quotidiennes (faire le ménage, accompagner les enfants à l’école etc. )

Related posts

Laisser un commentaire