You are here

Qu’est-ce qu’être égoïste ?

égoïste

 

L’égoïsme est l’idée que ce qui importe le plus, c’est la satisfaction des besoins et plaisirs personnels. L’égoïste pense que son être n’est délimité que pas les contours de son corps, il ne voit pas que son existence est en quelque sorte interconnectée avec le reste du monde. Il nie les aspirations des autres, la seule réalité, c’est lui. Cette négligence du monde qui l’entoure cause mille maux. Le premier d’entre eux, c’est l’aliénation des autres, c’est-à-dire le fait de les rendre objets. Puisqu’il n’arrive pas à voir ce qui le lie aux autres, l’égoïste a un rapport utilitaire au monde. Pour lui, les autres ne servent qu’à atteindre l’assouvissement de ses plaisirs ou de ses intérêts. Il ne sent pas les autres. Il est aveuglé par une obsession de lui-même, aveuglé par ses désirs. Du fait de cette incapacité à se mettre à la place de ceux qui l’entourent, l’égoïste cause des torts innombrables. 

Nous sommes tous égoïstes à différents degrés, il est bien de le reconnaître pour justement ne pas se comporter davantage de manière égoïste. On apprend à ne plus être égoïste lorsqu’on voit les bienfaits et récompenses que l’on récolte à vivre différemment. Tout d’abord, abandonner l’adoration de notre égo nous procure un certain apaisement. Lorsqu’on réduit ses désirs vains, on peut davantage entrer en lien avec le monde. On peut en saisir les nuances et en apprécier la profondeur. Mieux encore, on se délecte d’avoir contribué aux joies et bonheur d’autrui – ce qui est en soi un peu égoïste tout de même. Notre rapport au monde extérieur change parce qu’on a su modifier son rapport à soi-même. On prend conscience que notre existence n’est pas étriquée, rabougrie, réduite à notre seule personne, mais qu’au contraire nous formons partie d’un tout dans lequel notre véritable essence ne demande qu’à se fondre

Related posts