You are here

Par essence, il est difficile d’être totalement soi-même dans une société 

Le contexte professionnel nous impose de porter un masque et puis lorsque nous sommes en famille on en porte un autre, jusqu’à enlever tous ces masques pour aller se coucher. La société est un jeu de rôle à grande échelle, ceux qui réussissent en ont compris les règles et ils excellent à porter des masques successifs. Mais pour la plupart d’entre nous, ce n’est pas facile de jongler avec ces diverses identités. On aimerait être un peu plus sincère au travail, faire ce qui nous plaît, mais ce n’est pas évident lorsqu’on sait que nos valeurs sont en contradiction avec celles de l’entreprise qui nous embauche.

Faire ce qu’on aime ou aimer ce que l’on fait

Dans notre vie quotidienne, nous nous retrouvons souvent coincés dans des routines qui ne nous comblent pas vraiment. Nous sommes trop occupés pour prendre le risque de faire ce que nous aimons et devons plutôt nous contenter de quelque chose que nous devons juste faire pour nous en sortir. Ce manque d’épanouissement nous laisse moins passionnés et moins stimulés, et il peut être difficile de rester positif lorsque nous n’avons pas la possibilité de poursuivre nos rêves.

Cependant, avec un changement d’attitude, aimer ce que nous faisons peut devenir une réalité. L’amour est un verbe d’action, ce qui signifie qu’il faut faire des efforts, de la discipline et du dévouement pour le faire. Et aussi cliché que cela puisse paraître, lorsque nous mettons notre cœur dans ce que nous faisons, les fruits de notre travail ne manqueront pas de jaillir.

Quant à savoir comment passer du stade où vous n’aimez pas ce que vous faites à celui où vous y trouvez une passion, la clé est d’y être attentif. Commencez par réfléchir à ce que vous aimez dans ce que vous faites, même si c’est très peu. Comment l’amplifier, ou mieux encore, comment passer au niveau supérieur ?

À partir de là, lorsque vous accomplissez des tâches, concentrez-vous sur le processus – il est plus important de comprendre le cheminement de chaque tâche que d’en avoir simplement terminé. Si vous y parvenez, votre travail aura plus de sens et vous y trouverez plus de passion.

Enfin, prenez des risques lorsqu’ils se présentent, que ce soit en participant à des tâches plus difficiles, en faisant un effort supplémentaire ou, plus généralement, en faisant plus d’efforts dans votre travail. Prendre des risques vous permettra d’explorer et de renforcer vos compétences, et si vous échouez, ce n’est pas grave non plus. Parce que prendre la chance d’essayer quelque chose de nouveau vous donnera une meilleure compréhension de vous-même et de ce dont vous êtes capable.

En fin de compte, notre approche du travail ne devrait pas seulement tourner autour de l’objectif final ou de la récompense, mais devrait également tenir compte du processus pour y parvenir. Si nous pouvons faire l’effort de changer notre attitude et d’y consacrer plus d’efforts, tout est possible. Aimer ce que nous faisons ne nous oblige pas à échanger nos vies, mais simplement à adopter une approche différente.

Une société uniformisée a du mal reconnaître les différences de chacun

À l’époque moderne, il est devenu de plus en plus difficile d’être simplement soi-même au sein d’une société qui semble s’attendre à ce qu’un modèle unique de comportement soit suivi. Cette demande de conformité peut constituer un obstacle pour ceux qui souhaitent exprimer leur véritable identité, car elle entre souvent en conflit avec les attentes de leurs pairs.

Par définition, une société qui applique des normes et des valeurs spécifiques limite la portée des comportements qui peuvent être acceptés par ses membres. Cela peut créer une grande pression sur les individus pour qu’ils adhèrent aux croyances et aux attitudes de la majorité. Par conséquent, il peut être difficile d’être complètement ouvert sur qui l’on est et de se sentir à l’aise pour exprimer sa diversité.

L’exigence de conformité peut également donner à de nombreuses personnes le sentiment d’être exclues du groupe. Lorsque les idées ou les traits de personnalité peu orthodoxes d’une personne sont rejetés par ses pairs, il peut être difficile de se détacher du statu quo et d’exprimer véritablement son identité unique. De plus, la peur de ne jamais s’intégrer peut amener ceux qui se sentent différents à réprimer leur véritable moi et leurs qualités afin de plaire aux autres.

Les effets du conformisme sont visibles tout autour de nous, tant dans notre façon d’agir que dans nos attitudes et nos croyances. S’il y a sans aucun doute des avantages à vivre dans une société qui respecte certaines normes, nous devrions nous efforcer de créer un environnement dans lequel l’identité individuelle de chacun peut être respectée et embrassée, même si elle s’écarte du modèle conventionnel.

En reconnaissant et en validant les opinions et les modes de vie divergents, nous pouvons créer une société qui soutient véritablement l’expression de soi et l’inclusion. De cette façon, les individus sont plus susceptibles d’être à l’aise pour être eux-mêmes et d’embrasser leurs qualités uniques, au lieu de se conformer aux normes établies. Ce n’est qu’à ce moment-là que nous aurons une société dans laquelle les gens pourront vraiment s’exprimer en toute confiance sans craindre d’être rejetés.

Trouver des espaces d’expression personnelle

Dans de nombreuses vies trépidantes et souvent stressantes, il est important de trouver des moyens de s’exprimer et d’être simplement soi-même. Heureusement, il existe de nombreuses façons d’y parvenir. Même si l’on ne dispose pas de beaucoup de temps libre, des activités telles que les cours de boxe et les cours de danse peuvent être d’excellents moyens de s’exprimer et de s’éloigner des exigences de la vie quotidienne.

De plus, prendre le temps d’être simplement soi-même peut être aussi simple que de prendre une heure, ou même quelques instants dans la journée, pour se livrer à des activités qui vous détendent, vous font penser, créer et être vous-même. Il peut s’agir de lire un livre, de prendre un moment pour méditer, de boire une tasse de thé, de faire une promenade dans la nature ou de passer du temps avec ceux qui apprécient qui vous êtes et vous font sentir apprécié.

Cependant, le défi consiste à intégrer l’expression de soi et le temps pour être soi-même dans la vie stressée du quotidien. Prendre du temps pour soi, l’intégrer sans difficulté, nécessite souvent un léger changement de mode de vie.

Pour y parvenir, il est essentiel de mettre en place une série de routines qui permettent d’intégrer des moments d’introspection et de relaxation dans son programme quotidien. Prendre le temps de planifier consciemment à l’avance serait également bénéfique, pour s’assurer que votre temps pour être vous-mêmes passe en premier, même s’il est marginal. Il peut s’agir de décider simplement de se lever tôt pour quelques instants de méditation le matin, de faire quelques heures de danse le week-end, ou de décider d’un soir par semaine pour les cours de boxe.

Que ce soit en pratiquant des activités physiques ou simplement en s’adonnant à des activités qui nous font nous sentir centrés et détendus, il est important de se rappeler qu’il est essentiel de prendre le temps d’être soi-même. Le fait de réserver des moments tout au long de la semaine non seulement pour s’exprimer, mais aussi pour être tout simplement fidèle à soi-même, peut aider à gérer les exigences de la vie quotidienne, afin d’acquérir un sentiment d’équilibre émotionnel et de bien-être.

Faut-il vraiment aspirer à être soi-même ?

La société nous rassemble sur un même plan d’existence, même si nos comportements individuels peuvent différer. L’objectif est de favoriser un environnement où la vie en commun est harmonieuse et sans heurts. C’est pourquoi il peut être nécessaire d’aplanir certains travers de notre nature individuelle afin de vivre confortablement dans notre société, surtout si ces comportements sont excessifs ou nuisibles.

En d’autres termes, pour nous épanouir dans notre environnement et vivre en coopération avec les autres, nous devons nous forger une identité personnelle qui soit compatible avec les règles établies pour nous tous. La société offre un éventail d’identités parmi lesquelles choisir, et c’est à nous de décider laquelle nous semble la plus authentique et correspond à l’adéquation naturelle de l’environnement qui nous entoure. Cependant, si le comportement de quelqu’un est particulièrement extrême, il doit soit adopter un ensemble de valeurs plus partagées, soit chercher un environnement similaire avec une identité qui lui correspond.

En résumé, la société a établi un ensemble de codes de conduite afin de coexister pacifiquement. Bien que nos personnalités individuelles puissent être uniques, si les comportements s’éloignent trop de la norme acceptée, il peut être nécessaire de les modifier afin d’appliquer les règles qui garantissent l’harmonie collective à laquelle nous aspirons.

naître.

La société est ce qui nous arrache de notre conditionnement animal

Dans la société actuelle, il est parfois difficile de concilier l’idée que la société agit en opposition directe avec la nature et les notions selon lesquelles la nature est faite de violence et des lois du plus fort. La nature a peu de règles qui lui sont associées, car c’est la loi du plus fort qui tend à déterminer qui survit dans un environnement donné. Cependant, la société humaine est fondée sur une toute autre conception de la loi, qui est la notion d’utilité au service des autres et du grand groupe social.

Dans les processus naturels, les créatures les plus violentes et dominantes ont les plus grandes chances de survie et de reproduction. Parallèlement, dans les sociétés humaines, ce n’est pas nécessairement l’individu le plus violent ou le plus dominant qui connaît le plus de succès, mais plutôt ceux qui sont les plus utiles à leur groupe social. Dans de nombreux cas, les individus ayant le plus de statut dans une communauté donnée sont ceux qui ont fourni le plus d’efforts dans le service public ou ceux qui ont fait don de leur temps et de leurs ressources aux personnes dans le besoin.

Dans la nature, une créature ne peut pas vraiment se placer au-dessus d’une autre par elle-même, car la plus forte et la plus violente finira par dominer. En société, cependant, avoir du pouvoir peut être plus arbitraire, car les individus peuvent façonner des opinions, des critiques et des lois qui profitent finalement à leurs propres intérêts. Cela les place un cran au-dessus de ceux qui les entourent, et leur permet de contrôler et d’influencer l’activité à leur manière.

Bien que les deux systèmes puissent sembler être en fort contraste l’un par rapport à l’autre, il est clair que la société a pris un concept présent dans la nature, celui de la loi du plus fort, et l’a transformé en la notion de service aux autres pour réussir. Ce changement de paradigme a créé un système beaucoup plus organisé et juste dans lequel chacun a une chance équitable de réussir, plutôt que les luttes chaotiques et sanglantes qui ont lieu dans la nature.

Related posts

Laisser un commentaire

 

Vous allez recevoir le document.

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Politique de vie privée.