You are here

Quelle est votre unique action quotidienne ? 

Nous avons tendance à nous perdre dans de longues listes de tâches à accomplir, ce sont ces fameuses “to do list”. Si l’exercice peut être utile à de nombreux égards, il n’en reste pas moins déconcertant tant le nombre de tâches peut se révéler interminable. Pourquoi dès lors est-il important de définir une seule chose à accomplir chaque jour et le reste serait une sorte de bonus ?

Lorsque vous définissez une seule grande chose à réaliser par jour, vous définissez un cap, une direction importante qui vous permet de négliger des aspects secondaires de votre quotidien. Imaginez que vous souhaitiez être astronaute, il est plus qu’essentiel de mettre comme priorité quotidienne le fait d’étudier les mathématiques ou les sciences en général. Cette tâche est Votre unique chose, celle qui importe le plus parce qu’elle vous relie avec votre “futur moi”. Un dessein ambitieux se décompose nécessairement en petits jalons correspondant à une étape de votre parcours vers votre rêve personnel, c’est pourquoi il est nécessaire de renouer avec différentes approches du temps.

Les conseils sont issus du livre “The One Thing” de Gary Keller et Jay Papasan. Selon les auteurs, il existerait 6 mensonges qui nous empêchent d’avoir du succès ou d’atteindre des résultats importants.

Tout a la même importance

L’égalité est une valeur qui est bonne dans certaines situations (ex : égalité de droits entre les citoyens d’une même nation etc.) néanmoins, pour ce qui est de l’égalité dans l’importance des tâches à accomplir, elle est le symbole d’un manque de discernement ou de prioritisation. Si vous cherchez à atteindre un résultat en particulier, vous allez nécessairement hiérarchiser des actions à accomplir pour optimiser votre approche. L’égalité n’a pas sa place chez quelqu’un qui sait là où il va.

Le multitâche est productif

Le multitâche freine votre productivité parce qu’il divise votre attention. Votre attention fonctionne comme un laser, ce n’est qu’en concentrant de l’énergie que l’on peut atteindre un résultat substantiel. Les personnes qui sont adeptes du multitâche ignorent les déperditions d’attention qui existent lorsque l’on bascule d’une tâche à une autre.

La vie doit être équilibrée

Il n’existe pas d’équilibre à un instant t dans la vie. L’équilibre tel qu’on l’entend est un mirage. Ce n’est que sur une longue période donnée que l’on peut parler d’équilibre par l’alternance de périodes consacrées au travail, à sa famille, à son amélioration personnelle etc. Finalement, la vie est comme un vélo qui avance : ce n’est qu’en alternant entre différentes phases qu’il peut atteindre l’équilibre et avancer.

La volonté fonctionne “à la demande”

La volonté ne fonctionne pas “à la demande”, elle se comporte plutôt comme un réservoir qui se recharge chaque jour. Une fois ce réservoir épuisé, il est vain de vouloir continuer, il est plus sage de changer d’activité, de se reposer, afin qu’il se remplisse.

Penser en grand est mauvais

Penser en grand est bon parce que cela vous permet d’avoir dès le départ des actions qui sont en relation avec un objectif ambitieux. En vous donnant des objectifs importants, vous allez créer un certain stress qui vous servira de moteur pour vos actions et de fait, vous partirez avec la bonne trajectoire.

La discipline personnelle triomphe de tout

Ce n’est pas tant la discipline personnelle qui vous permet de triompher que la mise en place de bonnes habitudes. Certes, il faut une certaine discipline pour établir une habitude. Néanmoins, mettre en place une habitude ne signifie pas avoir une volonté de fer et être ultra discipliné. Les habitudes (les bonnes comme les mauvaises) ont l’avantage d’avoir une sorte d’inertie. Une fois qu’elles sont mises en place, elles vous portent comme un train lancé à toute vitesse. Il est vain de vouloir faire confiance à sa discipline personnelle chaque jour, vous risquez de vous décourager au bout d’un moment.

Les 3 rythmes de la vie

La vie nous impose son rythme, que ce soit la biologie ou la course effrénée de la terre autour du soleil, il y a toujours des éléments extérieurs qui nous imposent leurs lois, qu’on le veuille ou non. Néanmoins, ce bon sens qui consiste à s’adapter à ces cycles n’est pas suivi par tous, il y a des sphères qui nient cette réalité au premier rang desquels la vie professionnelle. Les injonctions de carrière font souvent fi des réalités biologiques, ce qui nous interroge sur leur niveau de sagesse.

L’incapacité de voir la nécessité de respecter l’humain est flagrante à trois échelles de temps : celle de la journée, de l’année et de la vie. Essentiellement, l’humain au sens économique du terme doit travailler dur durant les meilleurs années de sa vie, celles où il est jeune et où il est le plus productif avec pour carotte, au bout d’une quarantaine d’années une retraite qui lui permettra de vivre enfin la vie dont il rêvait. D’un point de vue comptable, la société a aussi intérêt à ce que les gens meurent peu de temps après leur retraite, parce que durant cette période, ils représentent un coût pour la société. Quel cynisme ! Voyons ensemble 3 aspects du temps pour redonner de la cohérence avec la réalité biologique.

La journée

Avant le 20e siècle, l’essentiel de l’humanité apprenait à la maison. On pouvait parler de formation professionnalisante à grande échelle. Aujourd’hui, c’est l’école qui s’en charge, ce qui permet aux parents d’être totalement disponibles pour leur travail. Essentiellement, ce n’est pas la perte des valeurs religieuses qui a contribué au déclin des valeurs familiales, c’est avant tout le travail. Comment construire du lien avec des gens si vous passez l’essentiel de vos journées au bureau ou à l’usine. L’école et l’usine ont éloigné les membres de la famille les uns des autres et ce encore plus lorsque les femmes se sont elles aussi à trouver des emplois en dehors de la sphère domestique. Une journée ne devrait pas être faite que de travail, il faudrait qu’il y ait un temps pour soi et pour sa famille. Dans une conception idéale, les gens ne travailleraient que 5 heures par jour de telle sorte que beaucoup de choses peuvent être accomplies en dehors du travail (éducation des enfants, activités domestiques etc.)

L’année

L’année se caractérise par des saisons, c’est-à-dire des variations de température et d’ensoleillement auxquelles notre corps et notre esprit réagissent. Il est sage de tenir compte de ces changements pour modifier notre charge de travail et l’adapter en fonction des éléments naturels qui nous influencent. Il est ainsi bon de choisir des activités en plein air lorsque le temps se fait plus clément, de même qu’il est raisonnable de dormir davantage en hiver pour tenir compte de gaspillage d’énergie lié au froid et le manque de lumière.

La vie

Le gens travaillant moins dans leur jeunesse, il faudrait qu’ils travaillent plus longtemps. Idéalement jusqu’à leur mort. Le travail mesuré et intelligent est une bénédiction pour la santé. Bien sûr, cette idée n’est pas vraie pour les emplois physiques qui ne peuvent se faire à des âges avancés. L’idée étant ici d’être actif toute sa vie pour contribuer à apporter son soutien à la société tout en glanant une satisfaction et une estime personnelles.

Related posts

Laisser un commentaire

 

Vous allez recevoir le document.

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Politique de vie privée.