You are here

Confondre le verbe et l’action

verbe

Vivre dans l’illusion de l’accomplissement

Dans un monde statique où nous passons le plus clair de notre temps assis sur une chaise, un siège ou un fauteuil bien confortable, que ce soit pour travailler, télétravailler, se rendre à son bureau ou faire des courses en ligne, nous semblons avoir oublié ce que se mouvoir implique et ses liens avec l’action.

Nos doigts qui tapotent tantôt un clavier d’ordinateur tantôt le silicium de nos smartphones, ont remplacé notre corps tout entier. Avant, pour agir, il fallait se lever, marcher, penser et faire usage de ses bras et de ses mains. Aujourd’hui, tout se résume à l’extrémité de nos phalanges. On peut dire en soi, que c’est une mutation anthropologique de premier ordre. Le passage de la quadrupédie à la bipédie a pris des millions d’années, alors que le passage de la bipédie à l’avachissement sur un canapé ou tout ce qui permet plus ou moins la position assise, a pris moins de 50 ans. 

Quel est le problème soulevé par cette transformation ? 

C’est qu’on a décorrélé le verbe de l’action, et même le verbe s’est substitué à l’action. De nos jours, un post, une story, un tweet, un vlog valent, du moins, sont assimilés à une action concrète. 

Internet permet de nous donner l’illusion d’agir. Ce défouloir à ciel ouvert permet la plus grande diversion : pendant que nous agissons de manière cathartique, nous n’avons plus d’emprise sur le monde réel.
Le monde virtuel est un grand exutoire dans lequel les foules viennent assouvir toutes sortes de passions, pour ensuite aller s’endormir sagement le soir. 

Bien sûr, Internet, même s’il détourne ses utilisateurs de l’action réelle, il leur permet d’acquérir une contre-culture qui semble en réalité être devenue la culture dominante. Les esprits changent, mais les manifestations concrètes peinent à prendre forme pour une part non négligeable de ses utilisateurs. 

Pour certains et peut-être une majorité, Internet est un défouloir qui nous permet de supporter la vie et finalement de ne pas essayer de changer les choses. C’est une soupape nécessaire à la société qui permet à la colère d’être confinée au virtuel et à la protestation de prendre des formes chimériques. 

Internet, c’est le royaume du verbe pour la plupart d’entre nous mais pour d’autres, ce peut être un tremplin vers l’action incarnée. Pour pouvoir faire cela, il faut en définitive avoir toujours su garder un pied dans le réel, que ce soit par son travail ou toute autre dimension de sa vie, autrement, c’est bien le virtuel qui nous emporte dans ses profondeurs au risque de ne jamais pouvoir en revenir.

Related posts

Laisser un commentaire

Guide vers l'entrepreunariat

Vous allez recevoir le document.

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Politique de vie privée.