You are here

La désobéissance intelligente

Désobéissance

Un condensé du livre de Ira Chaleff, Intelligent Disobedience, faire ce qui est bon lorsque nous sommes ordonnés de faire le contraire.

Nous sommes enclins à obéir aux autres pour respecter les normes surtout lorsque ces personnes représentent une autorité. Pourtant, devrions-nous toujours le faire ?

Il est parfois nécessaire voire essentiel de désobéir lorsque votre conscience personnelle va profondément à l’encontre de ce que demande l’autorité.
En apprenant à désobéir comme il se doit, nous pouvons contribuer à une meilleure harmonie.

Nous devons obéir aux ordres seulement s’ils sont raisonnables, constructifs et émanant d’une autorité légitime. Si les conséquences de l’obéissance à un ordre sont négatives et qu’elles conduisent à la souffrances d’autres personnes, il est bon de dire que la désobéissance s’impose. L’autorité qui commande doit être également compétente pour délivrer un ordre. Par exemple, un policier ne peut pas dire à un électricien comment réparer un système électrique. D’autre part, se soumettre à un ordre injuste met la responsabilité de celui qui a obéi comme responsable des conséquences de ses actes et pourra ainsi être considéré comme complice d’un pouvoir autoritaire. Un militaire qui commet des exactions ne peut pas se défaire de ses responsabilités en disant qu’il a simplement obéi à un ordre, il a toujours le choix de dire non voire de déserter. La désobéissance intelligente consiste à évaluer la légitimité et la compétence d’une autorité d’où émane un ordre tout en prévoyant les conséquences de son exécution.

La désobéissance intelligente et la désobéissance civile se ressemblent, elles n’ont pas les mêmes objectifs. La première est apolitique, elle n’a pas pour but de lutter contre un régime dans sa totalité, elle se contente d’évaluer la viabilité d’un ordre pour préserver la vie humaine ou l’intégrité d’une entreprise par exemple. La désobéissance civile est plus globale puisqu’elle s’inscrit dans un projet de lutte comme un pouvoir oppresseur et organisé. Mais il est vraie que souvent la désobéissance civile et la désobéissance intelligente s’entrecoupent.

La désobéissance intelligente devrait être encouragée par les responsables politiques et les chefs d’entreprise car elle est l’expression d’une conscience et d’une intelligence. Elle participe de la liberté de conscience et d’expression. Réprimer la désobéissance intelligente conduit à une diminution de la confiance et de la collaboration dans n’importe quelle organisation.

Etre désobéissant intelligemment implique une correcte évaluation de la situation dans laquelle nous sommes, notamment par la collecte d’informations qui nous permettront ensuite de prendre la décision adéquate.

La désobéissance intelligente s’apprend durant l’enfance, pour cela il faut développer l’esprit critique des jeunes et ainsi leur apprendre à penser le pourquoi de leur actions.

[grwebform url= »https://app.getresponse.com/view_webform_v2.js?u=hznwc&webforms_id=13619101″ css= »on » center= »off » center_margin= »200″/]

Pour aller plus loin :

Related posts