You are here

Les 4 motivations cachées d’un travail

Les idées de cet article trouvent en partie leur source dans la vidéo de Harry Mariette, expert Krav Maga et entrepreneur dans différents domaines. Sa chaîne de Krav Maga est excellente, je vous la conseille vivement à tous !

Lorsqu’on se projette dans la vie professionnelle, il y a fondamentalement 4 sources de motivations puissantes qui nous guident. Bien souvent, certaines de ces motivations ne sont pas conscientes. Pour faire les bons choix dans votre carrière, il convient de bien se connaître. Si vous savez ce qui vous motive profondément, vous n’allez pas vous lancer dans une voie qui ne vous convient pas. Au bout du compte, tôt ou tard, vous allez revenir à ce qui vous guide profondément et donc il est mieux de faire les bons choix en début de vie professionnelle, plutôt que de changer de direction par la suite : c’est coûteux en temps et vous n’en aurez peut-être pas la possibilité si vous avez déjà construit votre vie personnelle.

Argent

L’argent est une motivation importante en ce qu’elle est en fait la raison qui distingue un emploi du concept même de travail. En effet, vous pouvez dans certains moments de votre vie travailler sans être payé (travail domestique, associatif etc.). Un emploi répond donc premièrement à la nécessité de subvenir à ses besoins, c’est pourquoi l’argent est une source de motivation commune. Passé les besoins physiologiques (manger, boire et dormir) ainsi que les besoins en sécurité (se loger, s’abriter du froid, vivre en sécurité), un travail peut être l’occasion d’assouvir nos besoins d’appartenance et d’estime personnelle, ce qu’un salaire élevé rend possible. L’argent vous donne un statut, un pouvoir d’achat qui vous permet d’appartenir à un groupe sélectif. Plus vous gagnez d’argent, plus vous avez la possibilité d’intégrer des cercles élitaires qui sont par définition réservés qu’à une partie de la société. Si c’est la course aux honneurs qui vous intéresse (cursus honorum en latin), l’argent peut être un atout indéniable pour accéder aux plus hautes marches du podium. Bien entendu, il existe un tabou autour de l’argent. Beaucoup d’entre nous n’osent pas s’avouer que cette course aux honneurs les intéressent et qu’ils recherchent éperdument à faire fructifier leur argent. Il n’y a pas de mal à avoir de l’ambition, il est mieux d’être lucide sur cette question en n’occultant pas une part importante de qui l’on est. Désir gravir les plus hautes marches de la société n’est pas immoral pourvu qu’on utilise une voie digne et méritoire.

Diriger

Beaucoup d’entre nous aspirent à diriger les autres. Pour certains, cela comble une soif de pouvoir, pour d’autres, cela leur donne l’importance d’exister et d’être valorisé. Il n’y a pas de mal à diriger surtout si l’on est compétent dans ce que l’on fait et que l’on a aussi à cœur de vouloir transmettre son savoir-faire. Cela dit, diriger n’est pas une chose facile. Cela fait partie des 3 “métiers impossibles” décrits par Freud (les deux autres étant psychanalyser et enseigner). Pourquoi cela ? Eh bien, parce que diriger s’oppose à la volonté de s’autodéterminer qui est présente en chacun de nous et que l’on pourrait résumer par la recherche de liberté. S’il est vrai que les gens aiment aussi être dirigés parce que cela les rassure, ils éprouvent d’autres désirs contradictoire avec cette idée qui rend nécessairement les métiers d’encadrement difficiles parce qu’ils sont sources de conflits ou du moins de tension plus ou moins permanentes. Si diriger est ce qui vous plaît, allez-y de tout cœur, mais n’oubliez pas les réelles motivations sous-jacentes qui peuvent parfois n’être pas les meilleures (combler des frustrations égotiques, rechercher une estime personnelle). Dans de telles cas, vous risquez de vous transformer en despote, ce qui aura bien sûr l’inconvénient d’agacer vos subalternes.

Apprendre

Apprendre et devenir meilleur est une source de motivation importante. Elle est essentielle parce que des 3 autres motivations, c’est peut-être la seule qui dépende de soi-même exclusivement et qui nous fait progresser comme être humain en dehors de la dimension professionnelle (“servir les autres” est aussi une voie de progrès humain et spirituel même mais elle dépend des autres). “Celui qui ne progresse pas régresse ». Cette phrase résume bien la prise de conscience de ceux qui sont animés par cette motivation. Ils ont peur de régresser alors ils sont prêts à quitter un travail confortable mais qui les expose à une forme d’abêtissement sur le long terme (les fameux “bullshit jobs”). Cette soif de connaissance et d’amélioration est normalement présente dans chaque métier, mais il est vrai que la spécialisation des tâches a rendu certaines professions moins attrayantes dans ce domaine alors même qu’elles sont “à col blanc”. Les personnes qui sont principalement motivées par l’apprentissage dans leur métier devraient rechercher une profession qui a une vision de “maître”, c’est-à-dire que la personne peut se perfectionner toute sa vie comme le bon vin (avocat, docteur, chercheur etc.). Sans cela, il est possible que la personne soit en constante recherche et finisse par errer en changeant constamment de travail pour continuer à éprouver la stimulation de la nouveauté.

Servir les autres

Se sentir utile et aider les autres est une motivation noble même si elle est le plus souvent égotique. Lorsqu’on est motivé par le service, il faut idéalement le faire pour vouloir sincèrement améliorer la vie des gens plutôt que de se sentir supérieur aux autres, sinon cela ne fonctionnera pas. Si la motivation égoïste est plus forte que la motivation altruiste, il y a un problème. Ceux qui servent les autres sont les garants de la cohésion dans la société (infirmier, prêtre, pompier, policier, médecin etc.), sans eux nous ne pourrions vivre qu’en clans antagonistes. C’est pourquoi, si vous êtes animé principalement par cette motivation, vous disposez d’un grand pouvoir, celui de créer de l’harmonie où que vous alliez. Vous êtes précieux et votre sacrifice vous honore.

Un emploi est une combinaison de ces 4 motivations dans des proportions différentes. Si vous arrivez à déterminer le pourcentage exact alloué à chacune de ces catégories, vous pourriez presque en déduire avec certitude le type de métier qui vous conviendrait.

Related posts

Laisser un commentaire

 

Vous allez recevoir le document.

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. Politique de vie privée.