You are here

Beauté extérieure, reflet intérieur

beauté

Être sensible à la beauté extérieure qu’elle s’exprime par l’architecture, la poésie, l’harmonie physique en général, semble être un indicateur de notre présence au monde. Apprécier la beauté, c’est simplement trouver une connexion entre notre monde intérieur et ce qui nous entoure. Ces deux hémisphères entrent en résonance. Ainsi pour être réceptif à la beauté extérieure, il faut d’abord savoir la cultiver au fond de nous. Il faut en quelque sorte s’astreindre à polir notre miroir pour qu’il reflète le plus possible la beauté qui est présente à tout instant.
Il existe plusieurs expressions de cette beauté. Elle peut être morale ou esthétique. Elle peut toucher l’une des dimensions de notre intelligence, visuelle, logico-mathématique, kinesthésique etc. Si l’on veut rapprocher l’idée de beauté d’un autre concept, ce pourrait être l’harmonie. Peut-on raisonnablement penser que quelqu’un profondément ancré dans la beauté soit amené à commettre des actes moralement répréhensible ? À priori non, mais il est vrai que des personnes déséquilibrées peuvent manifester un attrait pour la beauté et commettre des actes hideux. De même, certaines personnes qui se connectent à la beauté de manière superficielle sont aussi amenés à mal agir. La beauté, lorsqu’elle est comprise profondément, elle nous chamboule jusqu’à un niveau le plus élémentaire : notre conscience. Le noyau dur de la beauté est notre éthique et si celle-ci est bien cultivée, elle a un effet transformateur à tous les niveaux de notre vie. L’harmonie qu’on arrive à percevoir est simplement la perfection intérieure qui ne demande qu’à se fondre avec notre environnement.

Related posts