You are here

L’inégalité de genre procède à l’origine de l’impôt du sang

impôt du sang

Traditionnellement, les sociétés sont organisées autour des fonctions que remplissent leurs membres. En reprenant la pyramide de Maslow, on se rend compte que les besoins qui y sont hiérarchisés suivent fidèlement la structure des sociétés anciennes. Les paysans qui en composent la base pourvoient aux besoins de subsistance. Les guerriers apportent la sécurité par leur maîtrise de l’art de la guerre. Les clercs contribuent à donner un sens profond à l’existence, ils organisent le narratif de la communauté et maintiennent le lien avec Dieu en s’en présentant comme les intermédiaires. Fondamentalement, un individu peut donc servir trois grands rôles dans une société : fournir la nourriture à ses membres, les protéger ou contribuer à donner du sens à leur existence. 

Ceci explique notamment le plus grand rôle conféré aux femmes dans les sociétés (le plus souvent de chasseurs-cueilleurs) ignorant les mécanismes sous-jacents à la procréation. Le fait que les femmes puissent donner vie sans l’apparente participation de l’homme leur donnait un pouvoir sans égal. La fécondité miraculeuse jouait un rôle structurant à la manière de la reine chez les abeilles qui gouverne sans roi. 

À partir du moment où le secret de la conception fut percé, les femmes perdent leur statut et sont reléguées au premier niveau de la société. En outre, elles ne purent rivaliser avec les hommes sur des fonctions militaires. Plus une société devient violente et belliqueuse, plus ce sont des figures masculines de pouvoir politique et spirituel qui sont attendues. Ceci peut en partie expliquer la quasi disparition des femmes de la scène politique jusqu’à très récemment à de rares exceptions où celles-ci mettaient en avant un tempérament va-t-en-guerre ou un mysticisme leur conférant une aura (Jeanne d’Arc, etc.). 

Dans une moindre mesure, bien qu’appartenant à la base de la société, certains métiers d’artisans pouvaient jouir d’un réel statut du fait même d’aider les guerriers par leur travail à être meilleurs. Ainsi, les forgerons (confectionnant les armes), fondeurs (fabriquant les canons) et autres armuriers (fabricant d’armes défensives et armures) pouvaient être les protégés des souverains et dans certains cas faire partir de la cour et disposer d’une escorte. Ces métiers nécessitent une véritable force physique, les femmes en étaient exclues. 

À une époque qui devient plus paisible, les femmes ont davantage leur rôle à jouer. Une société sans guerre devrait naturellement propager une égalitarisme de genre. Les sociétés modernes ne sont plus dirigées par un clergé ou des militaires. Ce qui fait la différence de nos jours tient davantage à l’élaboration d’un narratif et de la capacité à influencer un groupe. Les femmes ont semble-t-il autant, si ce n’est plus la capacité de le faire que les hommes.

Related posts