You are here

Tout texte n’est pas bon à lire

livre

Un livre n’est pas nécessairement l’œuvre d’une pensée noble bien que ce soit le fruit d’un travail fait dans la solitude et dans un état psychologique qui peut être quelque peu méditatif. Un livre est l’expression d’une pensée, d’un avis, d’une réflexion sur un thème particulier. De même qu’une parole dite peut être méprisable, il en va de même pour les mots écrits d’un livre. 

Ceci explique pourquoi il faut être plutôt vigilant sinon critique quant aux idées auxquelles on s’expose lors de la lecture d’un livre. Un livre n’est ni plus ni moins qu’un ouvrage de propagande dont le lecteur est le réceptacle. 

Parfois un livre commencé ne vaut pas la peine d’être fini parce que vous avez pu mesurer dès les premières pages le niveau de conscience de l’auteur. Un livre doit élever l’esprit, mais tous n’ont pas cette faculté. Certains livres peuvent être avilissants : ils vous plongent dans les noirceurs de l’âme humaine. Il arrive que des auteurs se servent de l’écriture comme d’une décharge : leurs mots sont leurs détruits et il n’est pas nécessaire d’aller les récupérer pour perdre sa tranquillité d’esprit en projetant des images sombres dans notre conscience. 

Vous devez être conscient des émotions que vous ressentez quand vous lisez un ouvrage : êtes-vous égayé ou requinqué ou au contraire vous commencez à voir le monde au travers d’un prisme ténébreux ? Il faut vous dire que lire un livre revient au même que s’asseoir avec quelqu’un à une table et de l’écouter parler dans une complète intimité. Donneriez-vous une seconde de votre attention dans la vie réelle pour écouter quelqu’un de malhonnête qui blâme la terre entière de toutes ses calamités ? Probablement pas, vous essayeriez plutôt de couper court à la discussion et partiriez tout en politesse pour ne pas écouter davantage ses balivernes. Il en va de même pour un livre. Ce n’est pas parce qu’un texte est écrit que cela lui confère une quelconque autorité ou noblesse. Être prolifique ne veut pas forcément être sage. Parfois la sagesse peut se résumer en des formules lapidaires et non en des pavés remplis d’élucubrations. 

Cette remarque s’applique à tous les arts qu’ils soient picturaux, audiovisuels, théâtraux, etc. L’art n’est pas bon en soi et il ne véhicule pas nécessairement des idées hautes. La raison à cela est simple : l’art a toujours plus au moins été intimement lié au pouvoir qu’il fusse religieux ou politique. L’art ayant souvent été le messager d’une pensée d’autorité, de fait son message a souvent été corrompu. Sachez distinguer la vraie beauté dans les idées de la propagande ou encore la pensée juste des pensées malsaines se cachant derrière ce qu’on appelle “œuvres de d’art”.

Related posts

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com