You are here

Les niveaux de discussion

pyramids

Sachez à tout moment à quel endroit vous vous situez

Certaines discussions peuvent être captivantes, d’autres, au contraire sont harassantes. Comment expliquer ces différences ? Y a-t-il un moyen d’”élever” une conversation ?

Il existerait semble-t-il quatre niveaux de discussion. 

Voyons ensemble quels sont-ils. 

Parler des gens : 

Le plus souvent, lorsqu’on parle de quelqu’un, c’est pour le critiquer. Il est hélas en effet assez rare que les gens se regroupent pour vanter les qualités d’une personne. Ainsi, le niveau le plus bas d’une conversation est celle qui se rapporte aux personnes puisque c’est avant tout l’attraction ou la répulsion qui s’exprime. C’est l’opinion qu’on formule sur des critères qui sont le plus souvent purement subjectif. 

Parler des événements :

Le deuxième niveau concerne l’actualité, car c’est sous un registre émotionnel que l’on traite ce sujet. Il n’y a pas de véritable détachement et d’analyse. On reste à un niveau plutôt intermédiaire dans la discussion. Les images peuvent accaparer notre capacité à raisonner calmement et sagement. 

Parler des idéologies : 

À ce niveau, on se trouve seulement au niveau de la croyance. C’est pourquoi, l’argumentaire qui est créé autour d’une idéologie n’est là que pour justifier une décision ou un intérêt personnel. Les débats idéologiques, qu’ils soient politiques ou religieux peuvent être intéressants intellectuellement, mais il ne faut pas oublier que le plus souvent, ils mènent nulle part car chacun des débatteurs reste ancré sur sa position idéologique initiale. 

Parler des concepts :

La seule discussion qui puisse “élever” est celle qui est dénuée de tout jugement de valeur, de parti pris, de sentiment d’attraction ou de répulsion. Pour ce faire, il faut avoir une approche qui soit la plus rationnelle, la plus idéelle, la plus conceptuelle. 

L’approche est froide mais c’est avant tout l’argument logique et raisonné qui s’exprime. On n’exprime pas un avis, on développe un raisonnement. C’est pourquoi on peut faire avoir un rapport plus objectif en traitant en priorité des idées.

Bien sûr vous pouvez utiliser les étapes “inférieures” de la discussion pour illustrer un concept, c’est ce qu’on appelle le storytelling. Ce sera même plus efficace par ce qu’on pourra communiquer à un niveau plus émotionnel avec son audience. Le problème étant de ne pas rester bloqué à des niveaux bas de discussion.  Ainsi, il est convenable de s’observer pour se rendre compte combien de temps on a passé sa journée à tel ou tel niveau de discussion afin d’en évaluer l’intérêt intellectuel. 

Related posts