You are here

Les défauts qu’on voit chez autrui ne sont là que pour nous faire prendre conscience des nôtres

observer

Il semble que nous disposions tous d’un radar prêt à déceler les défauts d’autrui. C’est une tendance humaine, nous voyons peut-être trop souvent le verre à moitié vide. Bien que cette propension à voir les vices chez les autres soit forte, en quoi peut-être nous aider à progresser ?

Il y a deux manières de réagir aux défauts que l’on perçoit chez l’autre. La première consiste simplement à observer puis critiquer, la seconde est d’observer, s’observer puis corriger. Notre entourage nous offre un matériel d’étude impressionnant. À chaque instant, il nous fournit l’occasion de nous réexaminer : sommes-nous comme cette personne ? Avons-nous nié des travers parce qu’on ne voulait tout simplement pas les voir ? Que pouvons-nous faire de ces observations ? 

Une personne malhonnête devrait nous questionner sur notre propre vertu. Cela nous oblige à nous observer d’un point de vue extérieure, si l’on cultive la bonne attitude. Bien sûr, cette approche n’est pas partagée par le plus grand nombre qui préfère critiquer sans faire l’effort d’introspection. 

Ainsi, si nous voyons une personne qui agit avec égoïsme, celle-ci peut nous interroger sur notre capacité à donner, que faisons-nous au quotidien pour ne pas ressembler à cette personne qui nous repousse voire qui nous indigne ? 

Cette logique devrait être la même à l’égard de quelqu’un qui semble posséder de nombreuses ou belles qualités. Au lieu de le jalouser ou bien de donner de fausses excuses comme “il ou elle est ainsi parce qu’elle est né(e) dans un contexte plus favorable”, nous devrions nous demander : comment puis-je faire pour ressembler à cette personne ? Quels ont été les efforts qu’il ou elle a fournis pour devenir une telle personne ? 

À partir du moment où nous reconnaissons ces qualités et nous admettons qu’elles sont le fruit d’un travail et d’une volonté personnels, nous pouvons nous aussi intégrer ces qualités. La différence qui nous sépare entre cette personne et nous-même n’est seulement le temps et les efforts que nous aurons fournis pour nous améliorer. À partir du moment où nous développons un tel état d’esprit, tout est possible. La réussite extérieure procède nécessairement de victoires silencieuses et quotidiennes. Lorsque l’on a suffisamment travaillé les qualités de notre cœur ou de notre âme, nous sommes en mesure d’accomplir des choses plus belles et plus grandes. 

Ainsi, il convient de maintenir un esprit observateur mais aussi introspectif si l’on veut progresser constamment. L’esprit humain adore les raccourcis ou la pensée simplifiée, or si on choisit d’aller voir plus que ce qui est sous nos yeux, alors seulement nous serons capables de créer un changement profond et pérenne. 

Related posts