You are here

Le bien et le mal dans les yeux de la vie

vietnam

L’instinct

En tant qu’être humain, nous apprenons par la confrontation de deux vecteurs, la douleur et la joie. Les événements ont des effets différents sur nous, et nous ressentons des énergies et des sentiments différents. Nous pouvons déjà porter des peurs qui ne sont pas notre expérience personnelle, dans le sens où nous portons les traumatismes de nos ancêtres. La douleur nous fait fuir les expériences douloureuses et nous engourdit lorsque nous revivons la douleur, tandis que la joie que nous ressentons nous rend dépendants de la répétition des expériences joyeuses et nous pousse à intensifier le niveau de plaisir. De cette façon, nous classons les communications, les expériences, les personnes et les objets comme bons ou mauvais.

L’éducation

Nous ne sommes pas les seuls à catégoriser ainsi, et notre instinct, ainsi que les définitions que nous recevons de la famille et de l’école, aiguisent les limites de la définition du bien et du mal. La nouveauté et la variété de ces éducations sont si vastes que le bien et le mal dans les différentes doctrines se chevauchent et que ce qui est agréable prend un visage de paria dans d’autres parties du monde.

La religion et la moralité

En effet, l’éducation a une racine dans la religion et une autre dans la moralité, conséquence naturelle de milliers d’années de vie sociale. La religion va plus loin que la vie mondaine et établit les cadres qui tendent à faire naviguer les êtres humains à travers la 4e dimension qu’est le temps et même des dimensions supérieures, disons les mondes. Elle a une vue d’ensemble confrontant le bien et le mal et ne voit pas les gens comme des particules isolées mais comme un processus de croissance vivant et uni. Bien que la moralité puisse avoir des chevauchements avec les disciplines religieuses pratiquées, elle a beaucoup plus en commun avec les instincts que nous avons en tant qu’humains, les sentiments et les émotions communs, en vérité, en étant libre de tout préjugé religieux, cette règle semble plus simple, plus pratique et plus universelle. Son principal problème pourrait être sa limitation à répondre à de nombreuses questions et à de nouveaux problèmes émergents, et sa croissance par essais et erreurs humaines, qui est aussi son principal inconvénient.

La vie

La vie ou la source consciente de l’univers fonctionne-t-elle sur la base du bien et du mal ? Quelle est la définition du bien ou du mal dans cette perspective ?

Il semble qu’il n’y ait pas de distinction aussi nette entre le bien et le mal du point de vue de la conscience, mais plutôt un lien très délicat entre les expériences de douleur et de joie. La vie considère les deux comme des expériences, et la conscience se développe en surfant sur le bord des deux. De ce point de vue, comment pourrions-nous décrire l’étendue de la douleur, du chagrin et de la misère que les êtres humains portent en eux à notre époque ? La religion et la morale peuvent-elles encore nous être utiles pour faire face aux problèmes complexes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ?

En quête d’une réponse claire, mieux vaut observer la vie à travers des yeux douloureux et joyeux ! Que nous apportent-ils ? Que se passerait-il si nous restions dans l’une de ces situations apparemment contradictoires ? Nous connaissons déjà de nombreux effets psychologiques et physiques de la douleur et de la joie, sur la base de nos expériences vécues.

Bien sûr, ces effets ne sont pas exempts de la contamination de l’esprit. Par chaque sentiment, nous faisons l’expérience d’un flux d’énergie en nous qui est neutre en soi, c’est là que l’instinct, l’éducation, l’instruction religieuse et morale entrent en jeu. Et l’esprit navigue à travers eux d’une expérience à l’autre. Si nous étions une page non écrite, nous serions définitivement perdus en contractant la dynamique de la vie.

Par conséquent, il serait bénéfique de regarder les expériences avec un peu de détachement, en les considérant comme de simples expériences, puis en observant les conséquences de l’installation permanente dans chaque mode, sur la base de l’image plus large que nous dessinons à l’aide de la vie, et en utilisant les expériences passées comme de simples connaissances, la volonté serait maintenant en mesure de répondre à chaque expérience de vie d’une manière vigilante, sans essayer d’échapper ou de tenir une expérience spéciale suivie par des récits de l’esprit et ensuite des sentiments.

Le bien et le mal s’estompent dans cette conception. Au lieu de cela, nous nous concentrerons sur les effets de chaque action sur tous les composants. C’est ici que la sagesse et la connaissance humaines trouvent un terrain d’entente avec les enseignements. En fin de compte, nous vivrons la vie d’une manière fraîche et dynamique.

Related posts