You are here

Ne laissez pas votre chien en laisse si vous voulez qu’il vous soit attaché

Albert Willemetz

Ne laissez pas votre chien en laisse si vous voulez qu’il vous soit attaché. Albert Willemetz

Albert Willemetz est un librettiste, lyriciste et scénariste français, né à Paris le 14 février 1887 et mort à Marnes-la-Coquette le 7 octobre 1964 (à 77 ans).

Le chien est ici la métaphore d’un ami ou de tout autre compagnon de vie. Ce n’est pas en contraignant quelqu’un que l’on crée de l’attachement. Si vous tenez à lui, il faut lui donner la possibilité de vivre dignement. Ce n’est que dans la confiance mutuelle que l’on crée de l’attachement et de l’amour. Vous pouvez retenir une personne avec des liens physiques ou la mettre dans une cage, son esprit continuera de s’échapper. Pourtant, si vous créez des liens de confiance et une “cage d’amour et d’acceptation”, vous aurez réussi à garder le cœur et l’esprit de cette personne : elle pourra être n’importe où physiquement, ses pensées et ses émotions seront dirigées vers vous. 

La liberté est donc l’une des manifestations de l’amour, qu’il soit amical ou romantique. En forçant votre compagnon, vous ne faites montre que d’une volonté de possession, ce qui conduit à la fois à l’aliénation et au malheur de ce dernier. Les vrais liens qui vaillent la peine d’exister ne doivent être le fruit que d’un consentement à un respect mutuel et un sens de l’honneur. Les liens d’amour entre deux êtres ne doivent pas empêcher l’expression de la plus profonde de chacune de leur essence. Sans le respect des différences, ni la confiance par la liberté concédée, il ne peut y avoir de relation épanouissante. Albert Willemetz nous parle de la laisse qui relie un maître et son chien.  C’est une relation inégale, dans laquelle le maître oppose une force coercitive. La hiérarchie symbolisée par cet objet empêche l’expression d’une sincère amitié qui ne se produit que dans une égalité de fait. L’amour n’empêche pas les différences, bien sûr, elles sont même encouragées, de façon à créer une merveilleuse complémentarité et entente. Cependant, rien n’est possible lorsqu’une des parties est dépréciée voire infériorisée au prétexte de cette différence (genre, origine etc.). Une union durable est possible dans la totale acceptation de ces différences dénuées de jugement de valeur.

Related posts