You are here

La France est-elle une tribu ou un universalisme ?

francité

Une clef de compréhension du clivage politique français

La France est pleine de contractions. Ceci est dû avant tout à son histoire et les différentes idées qui l’ont traversée.

Intéressons-nous aujourd’hui à l’idée de francitude (qualité de ce qui est français, https://fr.wiktionary.org/wiki/francitude) par le biais de deux concepts : le tribalisme et l’universalisme.

Tout d’abord, définissons ces deux termes.

D’après l’internaute.fr :

Le tribalisme désigne un type d’organisation sociale qui est fondée sur la tribu. Il est relativement souvent employé de manière péjorative.

ou encore :

Type organisationnel fondé sur le sentiment d’appartenance sociale.

Il existe plusieurs définitions de l’universalisme, mais voyons celle qui concerne la question du jour et qui est proposée par le site “toupie.org” de Pierre Tourev :

L’universalisme en politique est l’affirmation que tous les groupes humains ont une nature commune. Par-delà les différences biologiques et culturelles, il existe une unité fondamentale du genre humain. Il en résulte que l’ensemble des peuples doit être représenté dans la conduite des affaires du monde.

L’universalisme républicain, qui est une doctrine d’origine française, présente la République comme un idéal universel. Les valeurs qui sont les siennes, liberté, égalité des individus et fraternité, ont vocation à être adoptées par tous les humains et à s’appliquer uniformément. C’est en son nom que toutes les discriminations, quelles qu’elles soient, sont rejetées.

Si l’on retrouve bien les principes de liberté et d’égalité dans les déclarations internationales contre les discriminations, celles-ci ne se réfèrent pas à l’universalisme républicain, mais sont ouvertes aux différences culturelles et à la protection des minorités.

La France s’est construite au fil des siècles et les idées qu’elle a engendrées sont apparues le plus souvent pour soutenir un ordre politique ou un pouvoir en général.

Comme toute nation, l’unité française s’est concrétisée par le tribalisme qui implique l’adhésion à un socle basé sur une généalogie et une mythologie commune. Dans un second temps, les références culturelles et linguistiques prévalent. Toutefois, le développement politique du royaume de France a engendré la nécessité de créer un narratif qui dépasse les références culturelles ou linguistiques tant les peuples dominés étaient différents.

En effet, le jeu des alliances à l’époque du féodalisme fit qu’un roi français pouvait être le seigneur de plusieurs vassaux dont les habitants des fiefs ne partageaient ni la langue ni la culture et encore moins la généalogie ou la mythologie.

Cette injonction d’unité politique fit que l’Église joua pendant longtemps ce rôle de liant : le pouvoir des rois était à la fois terrestre mais aussi spirituel s’ils voulaient s’imposer à des peuples différents.

La religion catholique eut un rôle politique prépondérant du fait même de son universalisme. Les seigneurs s’associaient à l’Église pour gouverner une multitude de peuples.

Cependant, cette alliance entre le pouvoir terrestre et religieux n’était pas évidente. L’un empiétait sur l’autre, l’équilibre était difficile à maintenir. Ces problèmes de souveraineté conduisirent notamment le roi Henri VIII à se séparer de Rome, ce n’était pas uniquement à cause de son appétit pour les femmes.

Ainsi, l’universalisme chrétien et le tribalisme régionale cohabitèrent durant de nombreux siècles en France, jusqu’à ce qu’un autre universalisme vienne mettre au défi le premier. 

Les richesses accumulées dans le nouveau monde dès le XVIème siècle font qu’au XVIIIème siècle, une bourgeoisie puissante et de plus en plus influente émerge partout en Europe. Cette bourgeoisie est privée d’un pouvoir politique que se partagent toujours la noblesse et le clergé. La nécessité de prendre le pouvoir politique obligea la bourgeoisie à conceptualiser un universalisme aussi puissant que celui proposé jusqu’alors par l’Église. Il fallait préparer les esprits, lentement, mais sûrement, puis prendre le pouvoir. Ainsi, la bourgeoisie ne pouvait pas créer sa propre religion comme le fit Henri VIII car cela aurait constitué une hérésie. Il eut fallu proposer un universalisme laïc. C’est pourquoi on assista à une sacralisation de la raison et de la science qui étaient très efficaces pour contredire les discours religieux dominants tout en ayant l’avantage de proposer une sorte de remplacement très subtile : celui d’une élite obscurantiste à une autre éclairée d’où le nom de Lumières. Le discours était imparable, il ne fallait attendre que quelques décennies pour voir éclater presque simultanément deux révolutions : les Révolutions américaine et française. On pourrait aussi citer la Révolution haïtienne qui se passa pendant la même période et dont le narratif dominant était celui de la liberté, néanmoins on peut dire le tribalisme y a joué un rôle prépondérant et que d’une certaine façon, c’est la victoire d’un tribalisme sur un autre qui a opéré.

Ainsi après la révolution, les élites françaises politiques sont majoritairement laïques voire anticléricale par nécessité et éclairée. On peut dire que la Révolution française est la mise en place d’une technocratie se revendiquant de valeurs universelles que sont la liberté, l’égalité et la fraternité – trois valeurs chrétiennes en réalité qui avaient été accaparées –.

L’ancienne élite d’essence militaire, notabiliaire et religieuse n’a d’autre choix que se constituer en tribu parmi les survivants des massacres révolutionnaires.

Ainsi, la gauche actuelle est d’essence révolutionnaire : c’est la révolution qui lui a donné le pouvoir. La droite conservatrice est d’essence royaliste et chrétienne même si elle s’est gauchisée au fil du temps du fait même de la force du discours dominant de la gauche française et des clivages qu’elle impose.

L’identité française est d’essence très politique pour toutes les raisons indiquées. Cette opposition de la droite et la gauche explique pourquoi être français pour l’une ne veut pas dire la même chose pour l’autre. La droite française est tribaliste et elle se contente d’un discours généalogique et mythologique, qui est la preuve même de son atrophie. La gauche a gagné jusqu’à présent la bataille idéologique, c’est pourquoi son universalisme revendiqué permet une francitude plus incluse, ces nouveaux Français servent son pouvoir. 

Pour que la droite gagne, il faut qu’elle propose un universalisme plus fort que celui qui domine aujourd’hui, ainsi elle pourra imposer une nouvelle vision de ce que veut dire être français.

Références de la toupie.org :

http://www.toupie.org/Dictionnaire/Universalisme.htm
L’auteur : Pierre Tourev (sauf si un autre nom est mentionné sur la page),
L’URL complète de la page dont le texte est extrait,
L’URL de la page d’accueil : http://www.toupie.org

Related posts

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com