You are here

L’art d’être bon

bonté

L’enfant être naturellement prédestiné à agir avec bonté avec ceux qui l’entourent. Comment dès lors constater que l’adulte n’est plus mu dans sa grande majorité par le souci de faire le bien mais plutôt par son intérêt personnel ? 

Il faut comprendre que nous subissons des souillures tout au long de notre vie nous faisant oublier qui nous étions à notre plus jeune âge. Sommes-nous sali par le monde des adultes ou bien est-ce dans l’ordre des choses que de devenir pragmatique et égoïste en fin de compte ?

Si l’on part d’une approche spirituelle, on pourrait dire que le nouveau-né est plus près de l’intelligence universelle que l’adulte qui a mené une plus longue vie incarnée et immanente. Aussi, on peut dire que la bonté du bébé procède d’une pureté dont il jouira tant que le monde des adultes ne l’aura pas totalement corrompu.  

Si on présuppose que la bonté procède de la pureté, il faut entrevoir les pratiques nécessaires au maintien de celle-ci. En guise de principes universels, on pourrait citer deux injonctions déclamées par les courants spirituels dans leur grande majorité qui pourtant sont transgressés par les adultes au quotidien. 

Ne pas dire de mensonge

Ne pas faire du tort à son prochain (humilier, lui faire ou lui souhaiter du mal etc.)

Ce qu’il faut considérer ici, c’est qu’étant donné que nous vivons dans des sociétés plus ou moins athées, les gens se retrouvent démunis face à l’incapacité de puiser dans l’énergie universelle. Ce manque d’éducation dans l’auto régénération de notre énergie vitale fait que nous pouvons nous transformer en personnes toxiques qui cherchent de manière inappropriée l’énergie, alors même qu’elle est disponible si l’on fait l’effort de purification. Ces manières inappropriées consistent à finalement voler l’énergie à d’autres personnes par des biais indignes à savoir humilier, agresser (verbalement ou physiquement), intimider, interroger, être indifférent ou se plaindre. Tous ces moyens sont en fait la résultante d’un mal-être ou d’un niveau de conscience peu développé et d’une incapacité (ou bien souvent une ignorance) à s’élever, c’est pourquoi il ne faut pas blâmer ces personnes mais plutôt les traiter avec compassion (même si ce n’est pas toujours facile !). 

Quelle émotion domine votre esprit au quotidien ?

Regardez cette échelle des émotions classées par niveau de conscience, elle est extraite du livre Power vs. Force de David R. Hawkins. Où vous situez-vous ? Faites votre propre  analyse. 

Pour gravir l’échelle de conscience et être heureux (oui, il y a une corrélation directe entre niveau de conscience et bonheur), je vous préconise de votre rapprocher d’un courant spirituel à votre convenance. Ce dernier vous proposera une approche holistique et cohérente destinée à élever votre niveau de conscience et retrouver votre pureté d’enfant. Néanmoins, je peux vous donner quelques idées de pratiques qui pourront vous aider dès aujourd’hui : 

  • Méditez
  • Priez pour le bien des gens qui vous entourent ou même des étrangers (que vous ne les aimiez ou pas)
  • Soyez conscient de l’intention qui motive chacune de vos actions, si celle-ci est mauvaise, abstenez-vous d’agir
  • Ayez une réflexion sur les péchés capitaux (colère, avarice, l’envie, l’orgueil, la gourmandise, l’acédie -paresse envers la spiritualité, la luxure) et voyez comment vous pouvez vous éloigner des taches à votre être qu’ils représentent.

Related posts