You are here

Pensée originale, vie originale

original

Défendre une cause jusqu’à y risquer sa vie demande de cultiver une certaine dose d’anticonformisme ainsi que de cultiver un idéal. Lorsqu’on jouit d’un confort matériel de premier plan et qu’on n’a jamais vraiment été confronté à la privation, il est difficile de tout plaquer pour se jeter à corps perdu dans un combat. Nous adhérons tous à un certain niveau de conformisme, c’est la vie en société qui veut ça. Néanmoins, si on souhaite être totalement libre, il faut savoir remettre en question certains privilèges ou confort dont on bénéficie, jusqu’à parfois désirer d’y renoncer pour être en accord avec ce que nous nommons vérité. 

L’exclusion est une souffrance à laquelle on peut s’habituer si on sait lui donner un sens. Elle peut être le terreau pour développer une pensée originale qui peine à germer dans le conformisme. Se mettre un temps à la marge peut aider à incarner une idée par le vécu et la réalité à laquelle on fait face. Il est ainsi illusoire de vouloir par exemple défendre le multiculturalisme si on ne s’est soi-même pas plongé dans une société multiculturelle. 

Être marginal veut souvent simplement dire expérimenter la vie sous un angle de vue minoritaire. C’est par des expériences qui sortent de la norme qu’on peut développer une empathie pour une cause ou bien invalider celle pour laquelle on s’était engagé auparavant. Il n’y a pas de meilleure école que le réel pour mettre à l’épreuve nos propres idées qui peuvent se révéler être des dogmes. 

Nous ne pouvons devenir les instigateurs d’une vie anticonformiste même s’il est vrai qu’elle peut être causée par des conditionnements socio-économiques et culturels. 

Pour pouvoir se révolter, il faut savoir faire parler ses tripes, il faut que l’expérience nous pousse à crier avec notre cœur, ce qui n’est pas possible de manière purement intellectuelle. La raison peut comprendre beaucoup de choses mais elle nécessite tout de même de se frotter avec le réel pour lui donner de la profondeur et de la cohésion. Les idées pour être véritables siennes, elles ont besoin de s’incarner dans un corps transformé par l’expérience du réel.

Related posts