You are here

Il n’y a pas de gens méchants, seulement des gens malheureux

malheureux

Nous sommes le reflet de notre monde intérieur. Une vision manquant de compassion nous conduirait à séparer le monde entre deux groupes : les bons et les gentils voire davantage de dualismes (forts et incompétents etc.). Cette approche de la vie nous oblige inéluctablement à dresser des murs entre soi et le reste du monde. La séparation entre les êtres engendre un manque d’empathie et une incapacité à reconnaître en autrui un peu de ce que nous sommes. 

Nous sommes le fruit de nos conditionnements, de nos expériences et bien sûr dans une certaine mesure de l’expression de notre ADN. Il y a cela dit dans chaque être humain des aspirations communes rassemblées autour de la pyramide des besoins de Maslow. L’incapacité à gravir les différents échelons de cette pyramide peut créer du ressentiment et finalement un mal être. Ce mal être peut trouver son expression dans la violence ou du moins une forme d’agressivité. C’est pourquoi il est important pouvoir distinguer la personne de ses actions aussi mauvaises soient-elles car elles sont la résultante d’une forme d’ignorance ou de détresse.. 

Nous devons condamner sans détours les injustices que peuvent causer les humains.  Néanmoins, il faut essayer de comprendre ce qui a pu conduire un être à réaliser un telle ou telle action afin de recréer du lien avec ceux qui pourraient se laisser aller à de telles bassesses. Ce lien peut apporter inclusion et compassion dans une société et prévenir, terreau d’une meilleure entente.

 Lorsque l’on est immergé toute la journée dans des émotions négatives que sont la peur, la haine ou la colère, il est difficile de ne pas agir ou de parler de manière indigne de notre personne. Lorsque l’on fait le choix délibéré d’évoluer dans de telles émotions, on se condamne à poursuivre une voie infernale qui nous conduira que vers plus de malheurs. 

Il n’est pas toujours évident de choisir la bienveillance ou l’apaisement. Il est bon d’exprimer une certaine colère sans que celle-ci n’aille plus loin que les pensées ou parfois les mots.  Choisir de ne passer se laisser aller aux émotions destructrices est la seule manière qui vaille pour créer un monde d’harmonie.

Related posts